PARTAGER

A neuf jours de l’ouverture de l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (Aibd), on ne peut pas dire que le déplacement des travailleurs de Léopold Sédar Senghor se passe en toute tranquillité. Après le syndicat des Aéroports du Sénégal (Ads), c’est au tour du Gie des chauffeurs et propriétaires de taxi d’élever la voix. Ces derniers ont exprimé hier leurs inquiétudes concernant les conditions de transfert. Les autorités veulent des taxis neufs pour assurer le trafic. Pour le moment, on renseigne que 100 voitures sont déjà disponibles. Mais pour en disposer, les intéressés doivent déposer une caution comprise entre 1, 300 million de francs Cfa et 850 mille francs Cfa pour respectivement une Yaris à essence ou une  Fiat à gasoil. Seulement le Gie des chauffeurs et propriétaires de taxi pense que cette somme n’est pas à la portée de tout le monde et par conséquent demande-t-il aux autorités de revoir cette proposition. Si pour le moment le Secrétaire général du Gie assure que les négociations sont en cours, il a tout de même proposé d’utiliser les mêmes voitures pour assurer le trafic. «Cette caution n’est pas à la portée de tout le monde. On ne peut pas demander à un chauffeur de taxi de verser autant d’argent en un mois», a dit Elimane Thiam. Qui rappelle : «C‘est nous qui assurons le trafic des voyageurs de Léopold Sédar Senghor. Nous ne voyons pas pourquoi ne pas utiliser ces véhicules-là. Néanmoins nous sommes pour des véhicules neufs, seulement le prix est vraiment cher. Le prix du taxi est minimum à 9 millions 500 mille hors taxe et si la banque y appose ses intérêts, on ne pourra pas se le permettre». Ces propos ont été tenus hier lors de l’Assemblée générale du Gie pour publier le rapport de gestion de la structure. A cet effet, depuis 26 mois, l’actuelle équipe dirigeante a mobilisé 100 millions de francs Cfa. 60 ont été investis et il reste plus de 40 millions dans leur caisse.
mgaye@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here