PARTAGER

23 millions de francs Cfa : c’est le montant débloqué par le Programme d’appui au développement agricole et à l’entreprenariat rural (Padaer) pour permettre aux femmes du réseau «Cesiri» de disposer d’une unité de transformation, mais aussi de conservation des produits agricoles et forestiers. Constituée d’une imposante bâtisse composée de salle de travail, de salle pour le triage, de salle pour la transformation et d’une autre pour le séchage, entre autres compartiments, l’unité va grandement contribuer à booster les activités économiques des femmes, a expliqué Oumy Ngom, présidente du réseau. Grâce à l’unité, assure la présidente, les conditions de travail des femmes vont considérablement s’améliorer. Auparavant, relate-t-elle, tout le travail se faisait quasiment à la main. «Nous avions frappé à toutes les portes pour trouver de l’aide sans se faire entendre. Grâce au Padaer, notre principale doléance vient d’être résolue. Outre l’unité, le Padaer nous a offert un séchoir solaire et des machines à moudre les grains. C’est tout bénéfique», s’est réjouie Oumy Ngom. Avec cette unité multifonctionnelle, estime Mme Ngom, les transformatrices pourront maintenant engager de grosses commandes ; ce qu’elles n’osaient pas auparavant, faute de moyens. «Aujourd’hui, notre capacité de production va augmenter et de la main-d’œuvre pourra être créée, car le potentiel de production va augmenter», s’enorgueillit-elle. Ce qui fait qu’aujourd’hui on peut prendre toutes sortes de commandes, quelle que soit la quantité, et pouvoir respecter les délais.
Ngagne Mbow, coordonnateur du Padaer, généreux donateur de l’unité, s’est dit aussi réjoui de la journée d’inauguration de ce bijou. Cette unité multifonctionnelle offerte aujourd’hui va contribuer à l’amélioration des conditions de travail de plusieurs centaines de femmes, a soutenu le coordonnateur du Padaer.
Le réseau compte près de 50 Gie de femmes. Donc, un nombre important de femmes sera bénéficiaire de cet appui. L’unité, selon le coordonnateur du Padaer, répond aux normes. Elle permettra ainsi aux femmes de réaliser des travaux qui répondent aux normes de qualité et d’hygiène requises.
afall@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here