PARTAGER

Après le site qui abrite le pôle urbain et celui de Khoumbé retirés des mains des populations, c’est au tour de Diamniadio Sud d’aiguiser les appétits. «Il s’agit d’une superficie de 250 hectares et les baux ont été faits entre 2015 et 2016», a fait savoir Cheikh Ibrahima Diop, accusant «le service des Impôts et domaines de Rufisque» d’être derrière cette manœuvre. «L’ex receveur des Domaines a pris des baux sur le site sans aucune enquête, les a titrés au nom de l’Etat avant de les attribuer», a expliqué le promoteur immobilier. Plus d’une vingtaine d’entreprises, d’industries et de tiers sont bénéficiaires de ces titres fonciers, renseigne un document présenté par le Collectif des promoteurs  qui a fait face à la presse mercredi.  «Nous avons signé depuis 2012 des protocoles d’accord en bonne et due forme avec la mairie de Diamniadio et le maire a fait ce à quoi il se devait. Nous avons mis notre argent pour terrasser et appliquer les bornes. Des délibérations ont été délivrées par la mairie à tous ceux qui ont obtenu un terrain sur ces lotissements où les gens ont commencé à construire», a-t-il rappelé, appelant dans la lancée le président de la République à une intervention urgente. «Nous demandons à Macky Sall d’annuler les baux et de laisser les parcelles à la population locale», fait-il savoir. En attendant, ces populations qui sont sur le qui-vive promettent de tenir une grande manifestation pour dénoncer cette expropriation tout en brandissant la menace du «vote sanction» aux Législatives de juillet si la situation perdure.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here