PARTAGER

La direction générale de Dangote cement Sénégal (Dcs) a accueilli lundi une forte délégation d’élèves du lycée de Pout dans le cadre de la célébration de la 5e édition des Journées des sciences de la terre. Ayant comme thème «Géo-ressources et résilience des populations dans l’espace francophone», la rencontre a été l’occasion pour le directeur général de Dcs, Luck Haelterman, d’inviter les autorités sénégalaises à travailler dans la transformation de leurs minerais.

«Le Sénégal ne peut pas se développer s’il continue à exporter ses minerais au lieu de les transformer sur place.» L’avis est du directeur général de Dangote Sénégal, Luck Haelterman. Il recevait avant-hier une délégation d’élèves du lycée de Pout dans le cadre de la 5e édition des Journées des sciences de la terre. Selon M. Haelter­man, «c’est la transformation de ses minerais qui permettra au Sénégal de générer des emplois et des ressources». Ainsi, il invite l’Etat «à travailler à leur transformation». Aux élèves, le patron de Dcs demandera de prendre conscience du fait qu’ils doivent s’investir dans les métiers miniers pour barrer la route demain aux étrangers qui risquent de venir occuper les postes de responsabilité à leur place. Ce, d’autant que «l’avenir du Sénégal se trouve dans le domaine pétrolier et gazier». Pour dire, selon M. Haelterman, «il faut étudier de sorte que demain vous puissiez remplacer tous les étrangers qui sont à Dangote et continuer le travail».
Une vision largement partagée par le proviseur du lycée de Pout, Momar Idrissa Ndiaye, qui renseigne que son établissement est en plein dans ce projet pour permettre à ses élèves de faire de bons résultats dans les filières scientifiques. Déjà «au niveau de l’établissement scolaire, des efforts particuliers sont fournis pour favoriser l’orientation, mais surtout le maintien vers les sciences des élèves. Et cela se fait à travers un accompagnement qui se traduit en termes d’encadrement dans les disciplines fondamentales». Il s’agit, selon lui, «des mathématiques, de la science physique et de la science naturelle». Il ajoute : «Nous avons commencé l’année dernière à faire des cours de renforcement gratuits à l’endroit des Terminales. Cette année également, nous avons ajouté un autre volet, il s’agit de l’encadrement des élèves candidats au concours général dans ces disciplines. Et l’année prochaine, nous comptons descendre dans les Premières et les Secondes.» Embouchant la même trompette, le chef du service régional des Mines et de la géologie de Thiès, Lamine Diouf, fera noter que l’organisation de ces journées permet de «susciter l’esprit des élèves quant à l’intérêt de les orienter dans les secteurs des géo-ressources» car, dit-il, «le ministère des Mines souhaiterait qu’il y ait plus de vulgarisation de ce métier pour permettre à l’Etat du Sénégal d’avoir les ressources humaines nécessaires pour l’exploitation de ces minerais».
Revenant sur l’importance des sciences de la terre dans la fabrication du ciment, l’ingénieur géologue au Dcs, Abdoulaye Faye, fera noter que «l’objectif, c’est de les initier, les sensibiliser sur les sciences de la terre pour qu’ils puissent comprendre leurs intérêts dans la cimenterie en particulier». Aussi, «on a découvert au Sénégal du pétrole et du gaz. On a aussi des gisements de minéraux lourds, on a de l’or et du phosphate. Donc, les sciences de la terre sont un domaine que les jeunes élèves doivent suivre pour susciter en eux des vocations dans le secteur des géo-sciences». Le chef du service régional des Mines et de la géologie de Thiès a pour sa part indiqué que «c’est une journée de sensibilisation des populations pour leur permettre de connaître l’exploitation des mines dans un sens large, aussi de bien comprendre l’apport des géo-sciences dans le développement socio-économique du Sénégal». Il signale : «C’est une journée qui est célébrée depuis 2013 au Sénégal. Et cette année, c’est le ministère des Mines et de la géologie qui l’organise. Et nous avons choisi Dangote parce que c’est une société qui exploite dans un souci responsable de l’environnement.»
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here