PARTAGER

Les dirigeants de la Cedeao ne changent pas d’avis facilement. En tout cas, dans le dossier malien, leur intransigeance est inébranlable. Hier, à l’issue de l’ultimatum que le sommet de l’organisation avait donné à la junte militaire malienne, les concessions de l’Armée malienne n’ont pas changé grand-chose.
La Cedeao continue d’exiger une transition de dix-huit mois, avec un président civil et un Premier ministre civil également. Les militaires avaient souhaité que l’une des têtes de la transition soit militaire, ce qui a rencontré une fin de non-recevoir. La seule chose qui a changé est le délai de la transition. Alors qu’elle avait exigé un an de transition, l’organisation ouest-africaine a fini d’accepter la proposition malienne d’une transition médiane de 18 mois.
Il reste maintenant à voir comment cette exigence des pays de la sous-région sera accueillie à Ba­mako. Les militaires maliens ont pris note de la position de leurs interlocuteurs, et ils ont promis de rendre compte pour voir la suite qui en sera donnée. Il ne faut pas oublier que la Cedeao a mis com­me condition sine qua non à toute levée des sanctions contre le Mali, l’acceptation de ses exigences.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here