PARTAGER

Accompagner le développement vers la transition gazière au Sénégal, c’est l’objectif de Wartsila. Ce groupe, qui dit détenir une technologie flexible au gaz, propose à l’Etat du Sénégal une réflexion commune afin de mettre en place des solutions adaptées à travers des installations et des infrastructures à moindre coût.

Les ressources gazières au Sénégal aiguisent bien des appétits. Le groupe Wartsila, qui revendique un partenariat avec la Senelec et une présence au Sénégal de plus 20 ans, se positionne et propose des solutions pour la transition gazière et le développement vers les énergies renouvelables. Ce groupe d’origine finlandaise, présent un peu partout à travers le monde, dit disposer d’une technologie flexible au gaz. Le Sénégal a besoin d’infrastructures pour à la fois alimenter en gaz les centrales électriques et les usagers industriels. Et selon François Vuyls­teke, responsable du développement des solutions Gnl, la réflexion qui s’impose c’est : «Comment organiser la distribution du gaz à partir de 2025 sous forme de gaz pipeline ou sous forme de gaz naturel liquéfié et la deuxième comment livrer du gaz avant 2025 au Sénégal sous forme de gaz naturel liquéfié qui serait approvisionné par d’autres sources ?»
Wartsila propose donc à l’Etat du Sénégal une réflexion commune pour méditer sur des infrastructures. Mais déjà le groupe se penche sur les infrastructures de distribution de Gaz naturel liquéfié (Gnl) de petite taille. Wartsila a même identifié la baie de Dakar «assez tranquille», selon François Vuyls­teke, mieux que les Almadies où on note de grandes vagues et une grande houle. Pour lui, «la baie de Dakar offre l’avantage d’une certaine protection. Ça permet d’organiser des infrastructures près de la côte et qui ne sont pas aussi coûteuses que les ports», soutient-il, ajoutant que si le Sénégal veut importer du Gaz naturel liquéfié (Gnl) avant 2025, il faut qu’il puisse créer des infrastructures à côté de la côte et cela peut se faire à un coût raisonnable.
Wartsila est très connu dans la construction de centrale électrique mais aussi dans la conception des moteurs de bateaux. Aujourd’hui, le groupe est devenu un intégrateur de tous types de solutions de centrale solaire, de solution de stockage d’énergie, d’après les explications de Mamadou Goumblé, responsable Afrique de Wartsila. Le groupe a installé au Sénégal, un parc de 400 Mw en termes d’énergie sur les 1000 Mw de parc dans notre pays. Il a réalisé la centrale de Bel Air, Kahone, Cap des biches Boukoute et a récemment signé Malincounda qui est un projet de 130 Mw.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here