PARTAGER

Le Réseau citoyen pour la transparence budgétaire, qui est l’initiative de 4 Ong du Sénégal, Alphadev, Action solidaire internationale, Cicodev et Enda Ecopop, a décidé de descendre sur le terrain pour renforcer la participation citoyenne et la transparence dans le processus budgétaire au Sénégal.

Le Réseau citoyen pour la transparence budgétaire (Rctb) s’engage à déployer d’autres actions pour booster «le niveau citoyen de compréhension des questions budgétaires, de suivi de ces dernières pour des investissements publics plus démocratiques, plus responsables et plus efficaces». Au bout du plan d’actions 2018-2020 découlant du plan stratégique 2018-2021, qu’elle vient d’élaborer, grâce au soutien de la fondation Ford, cette initiative regroupant 4 Ong sénégalaises, Alphadev, Action solidaire internationale, Cicodev et Enda Ecopop, veut que les populations soient bien informées sur les budgets publics ; que les citoyens puissent comprendre le processus budgétaire. L’autre objectif que Dr Amadou Kanouté, le président du Rctb, et ses collègues se sont fixés, c’est que les Sénégalais connaissent leurs droits et devoirs en matière budgétaire, mais également, que des espaces de dialogue fonctionnels entre l’Etat et les populations sur le processus budgétaire soient mis en place.
Aujourd’hui, explique M. Kanouté, «c’est l’Exécutif ou le Législatif qui a la possibilité de l’initiative de la loi, parce que ce sont eux qui ont été nommés ou élus. Bien qu’ils soient nos représentants, il est bon que nous puissions, en tant que citoyens, demander à ce que des espaces soient créés où nous allons pouvoir dialoguer avec ceux que nous avons élus sur le budget.
Il faut que les populations connaissent leurs droits et devoirs budgétaires. Pour cela, nous allons organiser des sessions dans les différentes localités où nous sommes représentés pour amener les gens à connaitre leurs droits et devoirs en matière budgétaire et à les mettre en œuvre».
Ces organisations de la Société civile souhaitent aussi, que «les informations budgétaires soient disponibles et partagées dans les délais prescrits entre les institutions et les populations». En effet, souligne Amadou Kanouté, «il arrive très souvent que les informations budgétaires nous parviennent avec beaucoup de retard ou alors tout simplement, que ces informations budgétaires ne sont pas accessibles». Le Sénégal compte aujourd’hui, une trentaine de ministères. Ainsi estime le président du Rtcb, il n’est pas possible qu’une seule organisation suive tous les budgets. Raison pour laquelle, justifie-t-il, ces Ong ont décidé de se mettre ensemble et que chacune d’entre elles, dans un domaine qui lui est cher, sur le plan institutionnel, puisse prendre le leadership technique.
Ainsi chaque organisation travaille sur un domaine spécifique. Asi intervient sur le domaine de l’emploi des jeunes, Cicodev sur la santé, Enda Ecopop sur le budget participatif, la gouvernance locale et l’attractivité des collectivités territoriale, Alpha­dev sur l’employabilité des femmes et des jeunes, mais surtout sur l’éducation non formelle.
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here