PARTAGER

Un œil citoyen sur la passation des marchés publics à l’échelle des communes. C’est ce qu’ambitionne d’apporter l‘Ong 3D à travers le programme marchés publics ouverts.  «A travers ce processus, nous comptons mettre en place un comité local citoyen qui vise à engager le dialogue citoyen sur les questions liées aux marchés publics locaux», a expliqué lundi Cheikh Tidiane Cissé, coordonnateur pole gouvernance de l’Ong 3D. «C’est un projet-pilote qui va se faire d’abord sur trois villes à savoir Rufisque, Kaolack et Saint-Louis. Il s’agit de la mise en place de comités locaux citoyens avec des membres formés sur les procédures de passation de marchés. Ces comités qui vont être outillés sont invités à mettre en place un plan d’action qui vise à informer les citoyens sur les différentes problématiques liées au marché public local», a poursuivi M. Cissé, lors de l’installation du comité de Rufisque, premier à voir le jour.
D’après le document de presse remis par les organisateurs, la mise en place du programme vise à contribuer à la création d’un cadre propice à la transparence des marchés publics au niveau des collectivités territoriales.
«Il ne s’agira pas de trouver des cafards dans la gestion des mairies mais plutôt de jouer un rôle d’alerte», a cependant tempéré le coordonnateur pole gouvernance de l’Ong 3D. Il a par ailleurs, fait savoir que les comités locaux citoyens vont permettre aux Pme et Pmi locales de pouvoir accéder aux marchés.  «Les comités locaux ont, dans le cadre de leur plan d’action, à faire une cartographie des Pme et Pmi implantées dans la collectivité et les intéresser à la passation des marchés au niveau de chaque collectivité. Ils pourront ainsi identifier les différentes opportunités qui s’offrent à ces Pme et Pmi et faire en sorte qu’elles puissent postuler», a-t-il ainsi décliné. «On reproche parfois à des collectivités de donner des marchés à des prestataires qui sont hors du périmètre communal. C’est ce qu’on veut corriger parce que dans la passation de marché il y a le principe de l’équité», a assuré M. Cissé. Représentant des délégués de quartier de Rufisque-ouest et membre du comité local mis en place, Babacar Ndiour s’est félicité de la trouvaille. «Les populations ont le droit de savoir ce qui se passe dans leur collectivité ; c’est ça l’intérêt de ce comité», a-t-il fait savoir, tout en relevant que la mission du comité n’est pas de contrôler la mairie mais plutôt de «veiller sur ce qui se fait et éventuellement de donner des orientations». La mise en place du comité de Kaolack se tient le 11 décembre tandis que la date pour Saint-Louis n’a pas encore été définie.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here