PARTAGER

Les femmes s’activent de plus en plus dans le trafic de drogue. Binta Faye Kanté est de cette race. Hier, elle a été condamnée à 3 mois ferme pour offre et cession de cocaïne et association de malfaiteurs.

Malgré ses dénégations, la dame Binta Faye Kanté n’a pas  convaincu le Tribunal des flagrants délits. Le glaive de la justice s’est lourdement abattu sur elle.  Comparaissant avec Moha­med Diallo et Bacary Sonko pour offre et cession de cocaïne, association de malfaiteurs contre tous, elle a été condamnée hier à 3 mois ferme. Mais ses coprévenus, plus chanceux, ont été relaxés de ces chefs.
En fait, Binta Faye Kanté s’active depuis longtemps dans le trafic de la cocaïne. Ce business très lucratif, lui rapporte, avoue-t-elle aux enquêteurs, la somme de 20 mille francs par jour. Malheureusement, la chance ne va pas continuer à la sourire. Car, loin de s’imaginer qu’elle est dans le collimateur des agents de l’Orctis, elle va tomber dans le panier à salade.  Car ses activités illicites avaient amené les policiers à mettre en place un dispositif de surveillance. Avec l’aide  de l’indicatrice Khadija, Binta Kanté a été arrêtée. Cette dernière s’est fait passer pour une consommatrice. C’est ainsi qu’elle a passé une commande d’un montant de 150 mille francs. Ne se doutant de rien, Binta Faye Kanté a cédé à la tentation en lui fixant rendez-vous près du Cimetière Saint-Lazare de Bé­tha­nie. Au moment de la transaction, les éléments de l’Orctis sont entrés en jeu pour procéder à son arrestation. La fouille corporelle a permis de mettre la main sur 2 grammes de cocaïne. Mais puisqu’elle est connue pour cette activité, les policiers l’ont conduite chez elle pour une perquisition, qui s’est avérée infructueuse. Les limiers ne se sont pas limités en si bon chemin. Car en vérifiant le téléphone de la prévenue, ils ont remarqué qu’elle a reçu des appels provenant du téléphone de Mohamed Diallo. Un piège a été tendu à ce dernier, qui a passé une commande de 4 grammes. C’est sur ces entrefaites qu’il  a été arrêté avec Bacary Sonko au lieu du rendez-vous.
Devant la barre, la dame Binta Faye Kanté a nié avec la dernière énergie les faits. «C’est Khadija qui m’a appelée au téléphone pour me dire de venir chercher l’argent qu’elle me devait. Je vends des produits cosmétiques et des greffages. Et quand je suis descendue de chez moi, la police m’a arrêtée. Elle m’a fouillée, mais n’a rien trouvé par devers moi. C’est ainsi qu’elle m’a conduite chez moi où elle a fouillé partout sans rien trouver. Je n’ai jamais vendu de la drogue», a-t-elle martelé.
Mohamed Diallo a quant à lui reconnu être un consommateur de la cocaïne. En manque, il a appelé, dit-il, l’indicatrice Kha­dija à qui il a fait état de son intention de disposer 4 grammes de cocaïne. Mais, il précise à l’endroit du Tribunal qu’il n’a pas été trouvé en possession de cette drogue. Car c’est au lieu du rendez-vous qu’il a été arrêté avec son ami Bacary Sonko venu l’accompagner.  Pour sa défense, le sieur Sonko a dit qu’il ignorait que son ami venait chercher  de la drogue. «Il m’a dit seulement de l’accompagner», a-t-il soutenu. Des déclarations appuyées par son ami. Tel n’est pas l’avis du Parquet qui a requis contre tous, 2 ans de prison ferme. Selon la défense, il y a des zones d’ombre dans cette affaire. «Binta ne connait pas ses coprévenus», a indiqué Me Daff, qui a plaidé la relaxe pour le délit d’association de malfaiteurs. Il a demandé de disqualifier l’offre et cession en usage en vue d’une consommation,  de faire une application bienveillante de la loi à Binta Kanté.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here