PARTAGER

Agé de 32 ans, Alioune Fall Mboup risque de s’éterniser en prison. Comparaissant pour assassinat, le Parquet a requis à son encontre la prison à perpétuité. La décision sera rendue le 5 juin prochain.

Les nuages s’amoncellent au-dessus de la tête de Alioune Fall Mboup. Agé de 32 ans, il risque la prison à perpétuité pour assassinat si évidemment le juge applique le réquisitoire du ministère public. Il aurait tué Tony Silva à l’aide d’une paire de ciseaux, après l’avoir traité d’homosexuel. Les faits se sont produits le 11 avril 2014 aux Parcelles Assainies. Ce jour-là, l’accusé Alioune Fall Mboup se rendait à son lieu de travail. Sur le chemin, il a croisé Tony Sylva, Dominique Diédhiou, Eric Malack et Demba Niangane. Tony Sylva portait un piercing et deux de ses amis avaient aussi mis des boucles d’oreille. C’est ainsi que M. Mboup lui a dit qu’une personne qui porte un piercing est un homosexuel. Se sentant offensés, ces jeunes lui ont demandé pourquoi il les a traités d’homosexuels. Il s’en est suivi une bagarre. Des riverains sont intervenus pour les séparer. Alioune Fall Mboup, qui était certainement malmené, est retourné chez lui pour s’armer. Après son départ, une femme a demandé à Tony Sylva et à ses amis de partir, car il était connu pour son caractère belliqueux.
Entre-temps, Tony Silva et ses amis trouvent des gourdins pour se défendre. Après quelques instants, ils décident de rentrer en prenant une autre voie. Mais ils ne savaient pas qu’ils étaient épiés par l’accusé qui est revenu, armé d’une paire de ciseaux. En premier, il s’est attaqué à Dominique Diédhiou. Voyant que son ami est malmené, Tony Sylva, armé d’un gourdin, s’est interposé en lui administrant un violent coup. Le bâton s’est par la suite cassé. Il s’en est suivi une bataille et l’accusé lui a donné plusieurs coups avec la paire de ciseaux dont l’un l’a atteint en pleine poitrine. Constatant que son ami était atteint, Dominique Diédhiou s’est saisi d’une pierre pour donner un coup à Alioune Mboup au visage. Des riverains sont intervenus pour séparer les protagonistes. Evacué par les sapeurs-pompiers, Tony Sylva décède en cours de route.

Bataille rangée
A la suite de la bagarre, Alioune F. Mboup sera inculpé pour assassinat. Devant la Chambre criminelle, il a reconnu les faits, mais a tenté d’atténuer sa responsabilité sous prétexte qu’il n’avait pas l’intention de tuer, mais qu’il voulait décourager ses adversaires. «Quand j’ai croisé la victime qui portait un piercing, je lui ai tout simplement dit qu’il risque de se blesser. Mais Tony l’avait mal pris et m’a insulté. Nous nous sommes battus avant d’être séparés par les riverains. Ensuite, deux hommes m’ont prié de partir et m’ont escorté. J’ai pris un autre chemin pour me rendre au travail, mais je les ai encore croisés et ils se sont jetés sur moi, m’ont lancé des pierres et m’ont frappé avec des gourdins», dit-il. Tout s’emballe, si l’on en croit ses dires. «C’est ainsi que j’ai réussi à récupérer la paire de ciseaux que détenait l’un d’eux. Je ne lui ai administré qu’un seul coup pour me sortir de l’étau», dit-il.
Cette déclaration n’a pas été corroborée par les témoins Demba Niangane et Dominique Diédhiou. Selon le premier nommé, ils s’étaient rendus ce jour-là dans une école pour tenter de réconcilier un de leurs amis avec sa copine. En cours de route, Eric Malack et Dominique Diédhiou croisent Alioune F. Mboup qui les traite d’homosexuels parce qu’ils avaient porté des piercings et des boucles d’oreille. Pendant ce temps, lui et Tony Sylva, dit-il, s’entretenaient avec la fille. «C’est après qu’un individu est venu nous dire que nos amis sont en train de se battre. Quand nous avons été séparés par les riverains, nous avons vu Alioune Fall prendre ses chaussures et prendre une direction. Mais quand nous avons décidé de rentrer, il nous a rattrapés alors qu’il était armé d’une paire de ciseaux. Il s’est attaqué à Tony Sylva à qui il a administré plusieurs coups», explique Demba Niangane. Alors que Dominique Diédhiou estime que Alioune F. Mboup l’a attaqué en premier. Mais la victime s’est interposée pour le protéger. «Alioune Mboup est venu avec une paire de ciseaux», insiste-t-il.
Selon le Parquet, le délit ne souffre d’aucune contestation. «Il y a préméditation, car après la première bagarre, Alioune est allé s’armer d’une paire de ciseaux pour s’attaquer à la victime à qui il a donné plusieurs coups.» Il rappelle que le certificat de genre de mort fait état d’une plaie au niveau du cœur, entraînant une hémorragie interne et externe. Estimant que l’intention et la préméditation sont bien réelles et qu’il n’y a pas d’excuse de provocation, il a requis la prison à perpétuité.
Cet avis n’est pas partagé par l’avocat de la défense. Selon Me Mbengue, il n’y a pas d’assassinat, mais de coups mortels. Il a demandé à la Chambre criminelle de disqualifier les faits en coups mortels et de faire bénéficier à son client une application bienveillante de la loi. Alioune Mboup sera fixé sur son sort le 5 juin prochain.

justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here