PARTAGER

Abdoulaye Diabaye et Cheikh Sidate Niakasso encourent 5 ans de prison. Ils ont été jugés hier pour vol au préjudice de leur employeur. En fait, ils auraient dérobé des cartes Rapido à la société Dakar dem dikk (Ddd) où ils travaillent comme chauffeurs. Ils sauront le 9 janvier si le juge va les condamner à 5 ans de prison comme l’a requis le ministère public.

C’est une «grosse arnaque» dont a été victime Dakar dem dikk qui a réussi à stopper l’hémorragie grâce à un audit interne très concluant sur l’utilisation des cartes Rapido illimitées pour le passage du péage. En procédant à ces vérifications, elle a constaté la disparition de plusieurs d’entre elles. Pour avoir une idée nette, elle a sollicité les services de la Senac, qui gère l’autoroute de l’avenir, pour les retracer. Et la société a découvert que les cartes étaient utilisées fréquemment par des bus Tata. Soumis à une interrogation, les chauffeurs en question ont laissé entendre que ces cartes  leur ont été remises par un nommé Abdoulaye Diabaye, chauffeur à la société Ddd. En contrepartie, il se faisait verser des sommes d’argent en fonction du nombre de passages effectués par jour au niveau de l’autoroute à péage. M. Sidate Niakasso, qui est employé à Ddd,  a reconnu avoir utilisé la carte Rapido à plusieurs fois avec différents véhicules, autres évidemment que ceux de la société nationale des transports. Après la descente, poursuit-il, il utilisait la carte Rapido avec des taxis que lui prêtaient des amis pour faire des heures supplémentaires. Il ne s’en est pas arrêté là. A l’en croire, il remettait la carte a son beau-frère qui l’utilisait avec des véhicules particuliers. Com­me un bien mal acquis ne profite jamais, Abdoulaye Diabaye et Cheikh Sidate Niakasso ont été stoppés dans leur élan. Ils ont comparu hier devant la barre du Tribunal correctionnel de Dakar pour vol au préjudice de l’employeur.
A l’enquête préliminaire, M. Diabaye a argué avoir ramassé 3 cartes Rapido au niveau de l’arrêt Fass-Mbao. Alors que Sidate Niakasso informe qu’il a récupéré ces cartes des mains des laveurs de véhicule en octobre 2018. «J’avoue que j’ai eu à les utiliser», dit-il à l’enquête avant de revenir sur les aveux devant le juge. M. Niakasso dit avoir pris la carte à son service lorsqu’il était sur le classique 404 qui dessert les sphères ministérielles de Diamniadio. Son présumé complice, Abdoulaye Diakhaté, dit avoir remis les cartes qu’il a ramassées au chauffeur de Tata Mansour Sarr. «Je lui ai proposé de les utiliser pour payer leurs passages et à la descente, il devait me remettre l’argent correspondant aux nombres de passages effectués au niveau du péage dans la journée», dit-il en révélant qu’il avait porté plainte contre ces chauffeurs qui avaient refusé de lui rendre les cartes.
L’avocat de la partie civile a réclamé en guise de réparation la somme de 5 millions. Quant à la défense, elle a sollicité la clémence après le réquisitoire du Parquet qui a demandé 5 ans de prison ferme. La décision sera rendue le 9 janvier.

justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here