PARTAGER

Les 22 élèves arrêtés par la police pour tricherie organisée à l’examen du Bfem à Saint-Louis ont été placés sous mandat de dépôt par le procureur de la République. Ils seront jugés respectivement jeudi pour les majeurs et vendredi pour les mineurs.

Les choses sont allées trop vite pour ces élèves parmi lesquels des candidats au Bfem et des élèves de Seconde, Première et Terminale. Le réseau de tricherie organisée qu’ils alimentaient a été démantelé vendredi dernier, après l’arrestation d’une candidate au centre d’examen de Sankoré. Cette dernière qui envoyait les épreuves par le biais de deux téléphones portables à des camarades qui les traitaient avant de lui envoyer, à leur tour, les solutions n’était que le premier maillon de la chaîne, car son arrestation permettra à la police, alertée par les autorités académiques, de mettre la main sur 21 autres personnes.
Après leur arrestation et garde à vue dans les locaux de la Police centrale, ils ont été déférés au Parquet hier vers midi. Le procureur de la République qui les a interrogés a décidé de les placer sous mandat de dépôt. Ils ont passé hier leur première nuit en prison. Ces mis en cause seront jugés pour les majeurs jeudi devant le Tribunal correctionnel et pour les mineurs vendredi devant le Tribunal pour mineurs.
Cette affaire, malgré le démantèlement du réseau et les arrestations des mis en cause, continue de défrayer la chronique à Saint-Louis où les autorités académiques ont sorti un communiqué de presse pour expliquer ce qui s’est réellement passé, mais aussi préciser qu’il s’agit bien d’une affaire de tricherie organisée et non pas de fuite.
L’examen du Bfem continue de se dérouler normalement dans les différents centres d’examen sans ces élèves.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here