PARTAGER

Qu’est-ce qui explique ce panel organisé par votre collectif pour réfléchir sur le rôle de l’imam dans la société sénégalaise ?
Ce panel est le fruit d’une démarche qu’on avait entamée pour faire enlever les panneaux publicitaires d’alcool à Thiès. Nous nous sommes mobilisés au niveau départemental pour attirer l’attention des autorités afin qu’elles prennent leurs dispositions pour éradiquer ce fléau. Parce que ce sont des panneaux publicitaires qui offensaient un peu la sensibilité des musulmans. Pour cela nous avions mis en place un collectif qui regroupe toutes les associations islamiques, imams et les chefs religieux. C’est à l’issue de ce mouvement qu’on a pu faire enlever tous les panneaux publicitaires dans tout l’espace du département de Thiès.

Revenez sur cette vaste campagne contre la publicité de boissons alcoolisées dans la ville de Thiès dont une pétition a d’ailleurs été lancée ?
Nous avons tardivement remarqué les affiches publicitaires qui pullulaient dans la ville de Thiès parce que c’était fait de manière subtile qu’il était difficile de s’en rendre compte. Mais avec la perspicacité de certaines populations thiessoises, elles ont pu remarquer cela, et nous ont fait part de leur observation. Et c’est à ce moment-là que nous avons contacté certains dirigeants d’associations islamiques. On s’est concerté et on s’est dit qu’avant d’agir, il faut quand même aller voir les chefs religieux du département de Thiès. Nous sommes allés donc les rencontrer puis les autorités administratives, notamment le préfet du département de Thiès. D’ailleurs nous saluons vraiment la démarche de l’autorité départementale parce qu’il a fait tout ce qu’on attendait d’elle. A la suite d’une concertation, on a vu que pour que l’autorité départementale prenne un arrêté interdisant les affiches publicitaires de boissons alcoolisées il lui faut un motif. Et pour créer ce motif-là on s’est dit pourquoi ne pas organiser une pétition qui montre que ce sont les populations elles-mêmes qui ne veulent pas de ces panneaux publicitaires. Et ce qui est important, c’est que même les chrétiens ont signé la pétition. Et ce n’était pas évident de rassembler pendant une semaine presque 4688 signatures. Et puis en même temps, on avait fait un sermon commun prononcé dans 40 mosquées de Thiès, lors d’une prière d’un vendredi. C’est tout cela qui avait motivé les autorités à intervenir en enlevant tous les panneaux publicitaires dans le département de Thiès.

Le collectif va désormais s’ériger en bouclier pour les actions prochaines ?
C’est ça l’objectif de cette rencontre. Et c’est d’organiser des rencontres périodiques pour approcher les points de vue des imams pour qu’ils puissent se mobiliser pour lutter contre des fléaux de ce genre dans le département de Thiès. Mais aussi c’est pour anticiper parfois sur des problèmes au lieu d’être des réactionnaires, d’attendre que les choses se fassent pour ensuite réagir. Nous voulons maintenant prendre les devants. Pour cela, le collectif compte mettre sur pied un comité de veille, afin de ratisser large et d’anticiper sur tous les maux susceptibles de détruire la société. Parce que quand nous avons interpellé les maires des communes de Thiès sur les auteurs de ces affiches publicitaires, ils nous ont fait savoir que c’est une société publicitaire, qui signe parfois des contrats avec eux. Mais cette société ne fait que louer les panneaux. Et en les louant elle ne précise pas le genre de produits qu’elle met sur les affiches. Donc la société a loué ces tableaux auprès des autorités locales et elle est allée contacter une société spécialisée dans la fabrication de boissons alcoolisées. Laquelle a utilisé les tableaux pour faire sa publicité. C’est pour cela que les maires nous ont fait comprendre que ce n’est pas de leur faute mais ils ont été induits en erreur. C’est pourquoi que le maire de Thiès Ouest, M. Alioune Sow, dès qu’il a eu l’information, s’est levé immédiatement pour enlever lui-même les affiches.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here