PARTAGER

Alors que le dossier pour la gestion des écoles Yavuz Selim est pendant devant la Cour suprême, la Fondation Maarif arrive à Dakar et rompt le silence. Elle se dit prête à reprendre le fonctionnement de ces établissements. Le chef du département Afrique de la fondation annonce déjà une batterie de mesures tout en étant prêt à reprendre la gestion des écoles Yavuz Selim. Une information révélée hier par Monsieur Turcay Cilesiz qui séjourne actuellement à Dakar, au cours d’une conférence de presse. «Nous attendons quelques règlements administratifs de l’Etat du Sénégal pour reprendre les écoles Yavuz Selim», affirme-t-il. Des écoles gérées jusqu’ici par l’Association Baskent Egitim. Aux dernières nouvelles, le dossier était entre les mains de la Cour suprême. Mais d’après les propos de Monsieur Cilesiz, la Fondation Maarif semble gagner d’avance cette guerre et affiche déjà ses ambitions.
Turcay Cilesiz, venu spécialement d’Istanbul, annonce une baisse des frais de scolarisation, en indiquant que le nombre de boursiers va être revu à la hausse pour permettre à plus d’élèves de bénéficier de ce modèle éducatif. M. Cilesiz a aussi déclaré que de nouvelles écoles vont être construites à Saint-Louis, Kaolack, Ziguinchor et Thiès en plus des locaux existants qui, selon lui, vont passer sous leur direction. M. Cilesiz poursuit son opération de séduction en rassurant les travailleurs des écoles Yavuz Selim : «Les personnels enseignant, administratif et même de nettoiement seront conservés.» Il ajoute que sa fondation n’est pas venue pour imposer quoi que ce soit. «C’est votre éducation nationale, le programme de votre éducation nationale. Nous sommes là pour proposer et travailler en étroite collaboration», tonne-t-il.
Alors, pourquoi vouloir récupérer des écoles déjà gérées par une association privée, interroge une journaliste. «Parce que, répond l’ambassadrice de la Turquie à Dakar, Nilgun Erdem Ari, ces écoles ont été construites avec les fonds des citoyens turcs. Donc, ça appartient à la Turquie.» Poursuivant son argumentaire, elle ajoute : «L’Etat turc a décidé d’investir dans l’éducation nationale du Sénégal pour renforcer la coopération entre les deux Etats. Nous avons un projet de lycée d’enseignement professionnel, nous avons une section de ‘’Turcologie’’ à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Il y a l’apprentissage du turc et un projet de centre culturel de la Turquie au Sénégal», liste-t-elle.
L’ambassadrice est revenue sur les circonstances de cession des écoles Yavuz Selim. Elle a évoqué le protocole d’entente signé en décembre 2016 entre les deux Etats, après le coup d’Etat avorté en Turquie en juillet 2016. Elle a désigné la formation de Gülen comme une organisation terroriste et que l’Etat du Sénégal a pris cette mesure pour des raisons de sécurité. La Fondation est pour le moment présente en Guinée, au Niger et en Somalie où les cours se déroulent normalement, d’après M. Cilesiz.
ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here