PARTAGER

L’attaquant sénégalais Mbaye Diagne, meilleur buteur de la Super Lig (Turquie), a remporté mercredi son premier trophée dans ce pays sans vraiment convaincre ses coéquipiers ni des supporters de son club, Galatasaray.
Son doublé contre Rizespor (battu 3-2), le week-end dernier en championnat, et son but encore de la tête lors de la finale, sont loin d’en faire un héros auprès des suiveurs de cette équipe considérée comme l’un des gros bras du football turc. Et pourtant, avec 30 buts au compteur et à deux journées de la fin du championnat, Diagne, en course pour le doublé (coupe-championnat), efface des tablettes l’attaquant international français, Bafétimbi Gomis, au titre de meilleur artificier étranger évoluant dans cette Super Lig.
Sur les réseaux sociaux, le natif de Dakar reste la «tête de turc» des supporters de Galatasaray qui estiment que c’est son ancien club Kasimpasa, qui a fait la bonne affaire en le transférant en janvier dernier. Pour 12 millions d’euros et un contrat de quatre ans et demi, l’attaquant international sénégalais, qui cherche encore à marquer avec les Lions, doit encore prouver auprès de ses fans. Son entraîneur, Fatih Terim, au contraire, le titularise régulièrement et lui permet de prendre ses responsabilités, allant même jusqu’à disputer les penaltys à ses coéquipiers.
S’il n’est pas le premier choix du sélectionneur pour la liste des 23 pour la Can, il a quelque chose dans les jambes, a commenté Amadou Ndoye Ndiaye dit Zam, ancien attaquant de l’Us Ouakam et de l’Equipe nationale du Sénégal dans les années 90.

«On ne marque pas 30 buts par hasard»
«On ne marque pas 30 buts par hasard. S’il joue plus relâché et fait confiance à ses coéquipiers qui sont là pour l’aider, les choses se passeront mieux pour lui», a analysé Zamadou.
Un autre ancien attaquant international, Mamadou Diallo, estime que l’attaquant de Galatasaray reste plutôt «un attaquant de surface à l’ancienne».
«On ne peut pas compter sur lui pour faire le jeu, or dans le football moderne, on doit pouvoir décrocher et aller chercher les ballons», a-t-il expliqué, soulignant que sa réussite en Equipe nationale dépendra de ses coéquipiers. «Il est différent d’un Mbaye Niang qui va créer ses propres occasions de but. C’est tout juste un finisseur, qui attend que ses coéquipiers fassent le boulot pour qu’il termine le travail», a-t-il insisté.
Avec Aps

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here