PARTAGER

Le Cesti a  mis sur le marché 25 journalistes, composés de 19 Séné­galais, 5 Béninois et 1 Camerounais. Ces Cestiens font face à de nouveaux défis après 3 ans de formation.

Après avoir reçu leur diplôme jeudi, les 25 journalistes, diplômés du Cesti de l’Ucad, vont à l’assaut du marché de l’emploi plein d’incertitudes et surtout de défis à relever. Jean Paul Alain Ndofféne Ndour, porte-parole de la 44 éme promotion du Cesti, restitue déjà les apprentissages qui leur seront nécessaires dans l’exercice de leur métier. Il dit : «Vous nous avez appris les techniques de collecte, de traitement et de diffusion de l’information. Vous avez fait de nous des journalistes modernes en nous préparant au processus irréversible du basculement vers le numérique.» Baptisée Feu Amady Aly Dieng, économiste, la 44ème promotion du Cesti, composée de 7 journalistes spécialisés en télévision, 13 en radio et 5 en presse écrite, cette cuvée est prête pour relever les défis.
Yayelle Adja Affoué Kassé, major en radio, diffuse ses attentes : «Je suis très contente et je pense que mon insertion dans le monde professionnel ne sera pas du tout difficile. Je pense que pour moi ou pour les autres ce que nous devons faire, c’est de mettre en application tout ce que nous avons appris : l’éthique et la déontologie, avoir l’équilibre dans les éléments entre autres. En plus de cela il nous faut surtout s’inspirer de notre parrain qui était un intellectuel émérite, généreux et reconnu par ses pairs.»  Ibrahima Dione, major en télévision, met déjà en valeur les règles éthiques et déontologiques qu’il a apprises au Cesti. «On est bien outillés dans certaines matières qui mettent l’accent sur les principes qui fondent la pratique journalistique. N’avons pas le droit de déroger aux règles d’éthique et de déontologie. Pour ma part dans l’exercice de ma mission, je vais m’évertuer autant que  faire se peut à respecter ces principes», promet-il. Mor Amar, major, meilleur étudiant en presse écrite, abonde dans le même sens. «Le plus déterminant, c’est d’arriver à obtenir ce diplôme qui me permet d’entrer dans la profession très sélective du journalisme, d’être diplômé du Cesti mais surtout d’être dans le corps des journalistes bien formés. Nous mettrons en application toutes les acquisitions que nos vaillants formateurs ont eu à nous enseigner mais surtout essayer de suivre les pas tracés par notre parrain dont tout le monde a reconnu la sagesse et la bravoure dans l’exercice de ses fonctions», écrit-il.
Le directeur du Cesti, Ibrahima Sarr,  a invité les journalistes à faire de leur parrain leur référence. «En votre parrain, nous avons connu les valeurs fondamentales d’un homme digne, honnête. Votre parrain a vécu dans l’inconfort mais il n’a jamais accepté le soutien du mercenaire», martèle le directeur. Il a profité de cette tribune pour faire ses adieux après deux mandats à la tête de cette prestigieuse école de journalisme. Il a favorisé le renforcement du plateau technique, la création au sein du Cesti d’une nouvelle filière et la construction d’un nouveau bâtiment.
Le recteur de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar a encouragé les récipiendaires à cultiver le sens de l’abnégation et de responsabilité tout en se conformant aux valeurs d’éthique et de déontologie qui régissent leur métier en s’inspirant de Amady Aly Dieng. Il a aussi annoncé l’ouverture prochaine d’une radiotélévision universitaire, qui sera logée dans les locaux du Cesti. Selon lui, elle permettra de corriger le déficit de communication entre les différentes composantes de l’institution, entre l’institution et la communauté nationale. Elle va aussi donner une image plus correcte de l’Université Cheikh Anta Diop à l’extérieur. «C’est pour cela que nous avons estimé que l’ouverture d’une radiotélévision était indispensable dans une ville moyenne du Sénégal parce que nous faisons aujourd’hui 90 mille  étudiants», dit-il.  Il ajoute : «Nous avons travaillé sur cela pendant 2 ans et aujourd’hui les travaux de réalisations de cette station radio sont très avancés. Nous espérons faire la cérémonie de lancement dans les jours à venir, au plus tard  le 18 février prochain date à laquelle on célèbre l’anniversaire de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar», se projette-t-il. Ucad Fam va émettre sur la 94.7 Fm.
bseck@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here