PARTAGER

Le comité de veille, de suivi et d’évaluation de la réglementation sur le fer à béton a été officiellement installé hier. L’or­gane donne un ultimatum de 15 jours aux indus­triels et vendeurs pour se conformer aux normes.

Que les commerçants et autres industriels  évoluant dans la vente de fer à béton se le tiennent pour dit.  A partir du 1e janvier prochain, le comité de suivi de la réglementation sur  le fer à béton ne tolérera plus aucun manquement sur ce matériau de construction. Sur le stock résiduel, le comité  installé hier par le ministre du Commerce, du secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des Pme, Alioune Sarr, s’est donné un délai de 15 jours. «A partir  du 1er janvier 2017,  il y aura tolérance zéro sur le fer non conforme», menace le chef de division de la météorologie à la direction du commerce intérieur, par ailleurs secrétaire général dudit comité. Ibrahima Sarr affirme que ce comité est un bras armé de la direction du commerce intérieur chargée de l’application de la réglementation au même titre que les forces de sécurité. Il regroupe  l’administration, les industriels et les importateurs, les architectes, les bureaux de contrôle, les laboratoires et les associations des consommateurs.  L’organe se veut en outre, un cadre de veille, de réflexion, d’évaluation et de suivi de cette réglementation très compliquée à mettre en place, selon Ibrahima Sarr. Son installation officielle lui permet de démarrer ses travaux, de recueillir les doléances du secteur et d’apporter des solutions idoines.

Saisie de 240 tonnes de fer
«Nous sommes sur le terrain et nos services ont eu à saisir plus de 240 tonnes de fer à béton, soit une valeur marchandes de 41 millions de francs Cfa. C’est un fer qui n’est pas conforme en terme de diamètre, de longueur et de marquage», explique M. Sarr. Pour cette saisie un procès-verbal a été servi aux mis en cause. Aussi une requête de confiscation et de vente a été déposée au niveau du tribunal. «Si on a une suite favorable à notre requête, on va proposer la vente de ce fer à des industriels qui vont faire la refonte dans une fonderie. A son état actuel, ce fer ne peut plus être utilisé dans la construction», explique-t-il.  Quant aux mis en cause, ils s’exposent à des sanctions pécuniaires s’ils acceptent de payer une amende.  Sinon leur dossier sera transmis au procureur qui va les poursuivre au plan pénal.
Pour veiller sur le respect des normes nationales sur le terrain, le comité aura besoin, selon son président  Barama Sarr,  de mettre en place des brigades mixtes  composées de toutes les parties prenantes et communiquer sur la réglementation.
Pour rappel, la qualité du fer à béton localement produit  ou importé  a été une forte préoccupation du gouvernement dont  la prise en charge a été matérialisée par la signature de l’arrêté ministériel n°3088 du 29 février 2016 réglementant les conditions de fabrication, d’importation et de commercialisation du fer à béton. Outre les spécifications de qualité du fer à béton, cette nouvelle réglementation prévoit des procédures de déclaration à la production, à l’importation et à l’exportation.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here