PARTAGER
L’entrée du site.

Samedi 17 juin 2017, il est presque 11 heures, l’équipe de reportage du journal Le Quotidien fait cap sur Diamniadio dans le but de faire une visite de chantier au niveau du Palais des Sports ou Dakar Arena. Quand nous sommes arrivés sur les lieux, notre surprise sera grande : aucune fondation encore moins des ouvriers en activité. En lieu et place un vaste terrain vague. Reportage.

La pose de la première pierre du complexe sportif «Dakar Arena» à Diamniadio a été faite en grande pompe par le président de la République Macky Sall, accompagné du Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, du ministre des Sports, Matar Bâ ou encore de l’Ambassadeur de la Turquie au Sénégal, Mme Zeynep Sibel Algan et de sportifs dont l’international sénégalais des Wolves de Minnesota, Gorgui Sy Dieng. Une cérémonie qui s’est tenue le 9 mai 2016, et qui avait suscité de l’intérêt et de l’engouement au sein de la famille sportive et particulièrement de celle de la balle orange.
Seulement, un an après, la construction de ce complexe sportif multifonctionnel de 15 150 places, qui devait durer douze mois, a du mal à sortir de terre. Un tour effectué sur les lieux le samedi 17 juin dernier témoigne de l’état des travaux qui visiblement ont accusé un retard considérable.

Pas un seul ouvrier sur les lieux

Le site vu de l’autoroute à péage.En médaillon un banderole souhaitant la bienvenue à Macky Sall.
Le site vu de l’autoroute à péage.En médaillon un banderole
souhaitant la bienvenue à Macky Sall.
arena-4
L’hôtel 5 étoiles, situé à quelques centaines de mètres du site.

A l’intérieur du site, le constat est ahurissant : pas un seul ouvrier sur les lieux. Même pas un responsable pour l’accueil. Seul deux vigiles postés à l’entrée semblent assurer la sécurité des lieux. Du moins, sont chargés d’assurer la sécurité d’un enclot quasiment vide.
Car à l’intérieur, à l’exception de cinq grandes bâches alignées sans aucun matériel à l’intérieur, des hangars ressemblant à des dortoirs, une petite case à l’extérieur et deux grosses grues à proximité de l’entrée, c’est un terrain vague qu’on découvre, gagné par le feuillage qui frappe le visiteur.
Des bidons d’eau éparpillés à l’entrée à côté d’un groupe électrogène, témoignent de l’absence d’un réseau d’eau et d’électricité sur les lieux. Comme pour témoigner de l’absence d’ouvriers sur les lieux depuis belle lurette, depuis la date de la pose de la première pierre par le chef de l’Etat, Macky Sall, accompagné de toutes les autorités de la Nation.
Notre présence-surprise ne tardera pas être remarquée. Sans autorisation et en l’absence de responsables, les maitres des lieux refuseront tout commentaire dans notre volonté de nous rapprocher du chantier. Visi­blement la presse n’est pas dé­si­rée.
«On ne peut pas vous laisser entrer. Ce sont les consignes reçues. Veillez quitter le chantier, Svp», lâche d’un ton sec un des vigiles. Une injonction sans effet car nous avions déjà en boite les images prouvant que le fameux Dakar Arena ressemble à un éléphant blanc… pour le moment.

La réponse «préfabriquée» du ministre des Sports
Dans les autres chantiers aux alentours où les ouvriers sont en pleine activité, l’accueil sera plus chaleureux. Malgré la canicule, le vent poussiéreux et en cette période de Ramadan, le bruit des marteaux et autres pelles se mélangent au chargement de sable et ciment. Partout ça bosse. C’est le cas au Daara Moderne situé juste à côté du site de Dakar Arena et construit par la Première Dame, Marième Faye Sall. D’ailleurs, au vu de l’état d’avancement des travaux, cette bâtisse devrait être ouverte bientôt.
Mais au juste, pourquoi donc, les travaux du Palais des Sports n’ont toujours pas commencé ? On se rappelle que le ministre des Sports affichait un certain optimisme quant à l’état d’avancement des travaux. «La procédure est en cours, c’est un projet de la présidence de la Répu­blique. L’entreprise est en train de s’implanter à Diamniadio. Le plus difficile a été fait. La construction du Palais des Sports est en bonne voie», disait Matar Ba, dans un entretien avec nos confrères de l’Agence de presse sénégalaise (Aps), en avril 2016.
De son côté, le président de la Fédération sénégalaise de basket-ball, Me Babacar Ndiaye espérait, en son temps, une inauguration de la salle avec l’Afro­basket en 2017 comme promis. Aujourd’hui le fédéral doit  forcément être déçu.

«Les Turcs ne s’intéressent qu’à l’hôtel Summa»
Mieux encore, tout dernièrement la tutelle s’est voulue rassurante. Interpellé par la famille sportive sur l’état d’avancement des travaux du Dakar Arena, le ministre des Sports a servi une réponse «préfabriquée» pour expliquer ce retard. «Le Palais des Sports, c’est du préfabriqué. Ce n’est pas des briques qu’on assemble. Ça se règle en Turquie, après ce sera mis sur bateau pour que le montage soit fait rapidement.» Avant de rassurer la famille sportive : «On est dans les délais. Avant la fin du mandat du Président, toutes les infrastructures seront inaugurées.» Mais on est curieux de savoir de quel délai parle Matar Ba qui visiblement n’a pas remis les pieds sur ce site depuis longtemps. En tout cas concernant le Dakar Arena, c’est raté si on sait que le délai d’un an promis ne sera pas respecté.
Il faut rappeler qu’à côté du Palais des Sports devait être construit un réceptif hôtelier, dans le cadre du partenariat signé avec la Turquie et en appoint au centre Cicad. Et visiblement, les Turcs n’ont pas hésité à orienter les priorités. A moins que la décision ne soit prise en concertation. Car con­trairement au Palais des Sports, l’hôtel 5 étoiles, situé à quelques centaines de mètres des lieux, avance à grands pas (voir photo). Ces derniers semblent donc plus portés leur choix sur le projet de construction de ce réceptif.

Palais des Sports, palais du désespoir
D’ailleurs les témoignages de certains de nos interlocuteurs sont formels. «Depuis que les Turcs sont là, ils ne s’intéressent qu’à l’hôtel. Je ne les vois jamais venir du côté du chantier du Palais des Sports. On se demande même s’ils vont un jour entamer les travaux», confie un ouvrier d’une entreprise située à quelques mètres de là.
Pire encore, notre interlocuteur soutient n’avoir jamais remarqué la présence des autorités sénégalaises sur place. «J’avoue que je n’ai jamais remarqué la visite de responsables pour s’assurer de l’avancement ou non des travaux. Cela fait plus d’un an que je suis ici avec mon équipe. On travaille du lundi au samedi à côté. Il arrive même que certains ouvriers soient là le dimanche, mais au niveau du site du Palais des Sports je ne vois personne. Il n’y a aucune activité là-bas.» Comme quoi, le Palais des Sports ressemble pour le moment au palais du désespoir !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here