PARTAGER

A l’heure des vacances d’été pour les jeunes français, combien seront-ils à prendre la route pour le pays d’origine de leurs parents ? «Wallay», un film franco-burkinabè de Berni Goldblat sort ce mercredi 28 juin sur les écrans français. Il montre le parcours d’un adolescent français, Ady, qui pense être envoyé pour les vacances dans le village d’origine de son père, à 200 kilomètres de Bobo-Dioulasso… Mais en fait son père, dépassé par l’insolence de ce garçon, l’envoie surtout apprendre la vie…

Le bled, le village d’origine de son père, Ady en rêve, lui le gamin d’une cité de Vaulx-en-Velin, écouteurs aux oreilles… Mais s’il découvre émerveillé la brousse et la famille de son père, le petit citadin a dû mal à se faire aux coupures d’électricité ou aux restrictions d’eau.

«Wallay», un récit initiatique
Berni Goldblat, originaire de Suisse, mais vivant au Burkina Faso depuis plus de 20 ans, filme ce voyage d’un petit Français dans le village d’origine de son père comme un récit initiatique : «Ce qui m’intéressait évidemment est d’être dans le regard de ce gamin qui est à la fois ébloui par l’Afrique qu’il fantasme -il a sa petite médaille autour du cou-, il n’y était jamais, il ne parle pas la langue, donc, c’est vraiment un petit Français à part la couleur de sa peau. Et très vite, il se rend compte du traquenard…»

Surmonter les épreuves
Un traquenard, car l’oncle Amadou veut obliger Ady à travailler pour rembourser sa dette. Le petit Français pourra néanmoins compter sur son grand cousin et surtout sa grand-mère pour l’aider à surmonter des épreuves. Film métissé, film sur la richesse du métis­sage, Wal­lay a déjà fait le tour du monde des festivals. Il séduit par sa fraîcheur et son message positif.
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here