PARTAGER

L’inauguration du pont de Farafegny en Gambie constitue un pas décisif vers l’intégration des régions du Sud au reste du Sénégal, et une consolidation du processus de paix dans la partie sud du pays. Telle est la conviction du Collectif des cadres casamançais (Ccc) qui faisait à la face à la presse dimanche pour échanger sur les enjeux socioéconomiques de cet ouvrage. Un ouvrage qui a longtemps constitué, selon les responsables du Ccc, l’une des principales revendications des populations sénégalaises en général et celles casamançaises en particulier.

Le Président Macky Sall et son homologue gambien ont procédé ce lundi, à l’inauguration du pont de Farafegny en Gambie. Cet ouvrage, selon les responsables de la Convergence pour le désenclavement et le développement de la Casamance (Cdc), constitue un pas décisif vers l’intégration de la partie sud au reste du Sénégal et une consolidation du processus de paix dans la partie sud du pays. D’ailleurs pour Moussa Cissé, Secrétaire général du Collectif des cadres casamançais (Ccc), la présence de leur structure à Ziguinchor et à Farafegny est justifiée par la matérialisation d’un vieux rêve des populations sénégalaises. Il s’agit donc pour le Ccc d’être donc présent et de manifester, poursuit-il, sa grande satisfaction et celle des populations casamançaises et du Sénégal tout entier. Et tous ces responsables sont donc d’avis que la réalisation de cet ouvrage va faciliter le trafic entre le Nord et le Sud du pays séparés par le fleuve Gambie avec toutes les difficultés rencontrées par les populations au niveau du Bac et qui étaient assez éprouvantes. «C’est pourquoi nous avons voulu marquer notre présence et témoigner auprès des autorités sénégalaises et gambiennes de la satisfaction des populations de la Casamance ; car cet ouvrage va faciliter le trafic, le déplacement des personnes et des biens et va favoriser en outre l’intégration sous-régionale», justifient-ils.
Le Secrétaire général du Ccc a, à cet effet, remercié les Président Adama Barro et Macky Sall ainsi que tous les bailleurs et partenaires qui ont contribué à la réalisation de cet ouvrage. Car de l’avis des cadres casamançais, le désenclavement est au cœur de toutes les revendications formulées par le Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc), ainsi que des plaidoyers menés par les organisations de la Société civile. En effet, «l’isolement avait longtemps poussé les Casamançais à se recroqueviller sur eux-mêmes et ce pont constitue une grande ouverture pour ces populations du Nord comme celles du Sud et va favoriser l’installation durable et définitive de la paix en Casamance», martèle le Secrétaire général du Ccc.
Le désenclavement étant global, les cadres casamançais n’entendent pas encore, malgré tout, renoncer à leurs vieilles doléances que constituent la construction de la Voie de contournement de la Gambie et la construction du chemin de fer Ziguinchor-Tamba-Dakar-Saint-Louis. «Il faut rêver qu’un jour, nous pussions avoir un Tgv Ziguinchor-Dakar-Saint Louis et nous insistons sur cela, car le projet présenté à la présidence de la République existe déjà ; donc il faut se pencher sur sa réalisation», insiste Moussa Cissé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here