PARTAGER
Oumar Dia, Sg du Sudes/Esr.

Demain mercredi est un jour de grève pour les membres du Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal/Enseignement supérieur et recherche (Sudes/Esr). Un mouvement d’humeur d’avertissement qui va toucher tous les universités du pays. L’objectif des camarades de Dr Oumar Dia est d’amener l’Etat à entamer des «négociations sérieuses» sur des revendications concernant les universités.

Les enseignants du supérieur affiliés au Sudes/Esr (Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal/Ensei­gne­ment supérieur et recherche) vont déserter les amphis demain mercredi. Dans un communiqué, ledit syndicat a annoncé une grève d’avertissement dans toutes les universités publiques. Dans son document, le Sudes/Esr appelle «tous les enseignants du secteur public d’enseignement supérieur» à observer ce mot d’ordre pour amener les autorités à ouvrir des «négociations sérieuses».
Dans leur plateforme revendicative, ces syndicalistes exigent «l’achèvement rapide des chantiers dans toutes les universités publiques et les Isep». Ils demandent aussi «un plan Marshall de recrutement d’enseignants-chercheurs et chercheurs, le financement et l’équipement des laboratoires de recherche dans toutes les universités».
Dans la liste des revendications de ce syndicat de l’enseignement supérieur figure aussi «la modification de la loi 2015-23 pour tenir compte de la recommandation Unesco de 1997 relative à la condition du personnel enseignant de l’Esr». Le Sudes veut aussi «l’augmentation substantielle du perdiem des voyages d’étude, l’abandon du paiement horaire des vacataires et la mise en place d’un traitement mensuel pour les Per non permanents (les vacataires)».
Les membres de ce syndicat, qui dénoncent l’orientation des nouveaux bacheliers sans mesure d’accompagnement de la part du gouvernement, veulent se mobiliser «pour la défense conséquente du secteur public d’enseignement supérieur».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here