PARTAGER

Les travaux de construction de l’usine de traitement d’eau potable Kms3 sont réalisés à 40%. Une visite de chantier du Directeur général de la Sones a permis de faire le constat.

Des camions chargés, à moitié vide, des grues à pieds d’œuvre, des tuyaux noirs par-ci, des citernes par-là versant de l’eau sur le sol, du fer, des tas de sable, de béton noir, du bois ou encore des briques, entre autres matériaux de construction, campent le décor dans cet endroit à la sortie de Keur Momar Sarr.
La poussière soulevée soit par le vent soit par les manœuvres des gros engins sape tout confort, alors que le soleil et les dangers liés à l’activité expliquent sans nul doute l’accoutrement des ouvriers et chefs de projets ici lourdement habillés. Des casques de protection aux chaussures en passant par les gants, gilets, aucune mesure de sécurité n’est négligée. Nous sommes sur le site de la troisième usine de production d’eau potable implantée à Keur Momar Sarr (kms3) qui a reçu lundi dernier la visite du Direc­teur général de la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones).
A quelques 200 mètres de l’usine Kms3, repose tranquillement, surplombé de dunes de sable de l’herbe, le vaste lac de Guier d’où sera tirée l’eau qui sera traitée par l’usine en cours de réalisation depuis un an dont le Dg de la Sones vient de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux. «Nous en ressortons très satisfaits et très rassurés sur les objectifs que les autorités nous ont fixés à savoir la mise en service de cette usine durant le premier trimestre 2020», indique Charles Fall. Avant d’ajouter : «Globalement nous sommes un plus de 40% d’avancement du projet et c’est largement à notre portée par rapport au délai qui reste, un an et demi.»
Ce projet d’un coût de plus de 270 milliards de francs Cfa et d’une capacité de 200 mille m3/j, «va apporter une solution pérenne à la problématique d’accès à l’eau de la région de Dakar et des autres localités». Il impactera positivement plus de 3 millions de personnes.
Tout au long de la Route nationale n°2, des tuyaux sont alignés sur des milliers de kilomètres. Il s’agit de 216 km de conduites destinées à transporter l’eau de l’usine aux différentes localités. «Toute la canalisation est commandée. Plus de 90% sont sur le site et nous avons posé presque 70% de la canalisation. Il reste encore un an de pose et les travaux seront achevés bien avant la fin de l’année 2019», espère le Dg de la Sones.
Une vingtaine d’entreprises et bureaux d’études travaillent dans ce projet dont les différents chantiers de posage de conduites ont été visités par l’équipe de la Sones.
«Nous envisageons également de faire plus de 1000 kilomètres de réseau de distribution afin que toutes les localités qui gravitent autour de cette conduite de Keur Momar Sarr à Dakar puissent être alimentées en eau», a dit Charles Fall.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here