PARTAGER

Manko taxawu senegaal de Dakar ne votera pas avec des récépissés. C’est la décision prise hier après que les 7 Sages ont répondu favorablement à la lettre du président de la République. Barthélemy Dias parle de «machination du pouvoir pour frauder» dimanche prochain.

Le scrutin de dimanche prochain s’annonce tendu. Manko taxawu senegaal du département de Dakar n’entend pas appliquer la décision du Conseil constitutionnel de permettre à l’électeur n’ayant pas reçu sa carte d’identité biométrique de voter avec un récépissé accompagné d’une ancienne carte d’identité ou d’électeur numérisée, d’un passeport ou d’un document d’immatriculation. La coalition dirigée par Khalifa Sall «demande à tous ses représentants dans le département de Dakar de n’accepter que le carte d’électeur pour voter». En conférence de presse hier, Barthélemy Dias qui n’a pas manqué de tirer sur le Conseil constitutionnel a déclaré : «Je n’ai aucun respect pour ses esclaves de Macky qui se disent juges. Le Conseil constitutionnel n’est pas compétent dans cette affaire. Il ne peut pas modifier une loi que l’Assemblée a votée. C’est l’Assemblée qui peut modifier cette loi.»
Pour le maire de Sicap-Mermoz-Sacré Cœur, cette situation est «une machination du pouvoir pour frauder». L’ob­jectif, selon lui, est de discréditer les candidats de Mts. Et il accuse ses camarades de parti d’être derrière cette manœuvre. «Macky Sall ne connaît pas ce système (…). Au Sénégal, on a une fois voté avec des ordonnances. Mes camarades du Ps savent de quoi je parle. On lui a soufflé cette idée, mais on ne se laissera pas faire», avertit-il. Dias-fils de révéler : «Des personnes sont actuellement logées au Cices et à la Maison du parti pour voter le jour j dans les centres du département. Mais je tiens à préciser une chose : on n’est pas des acteurs de la violence, mais on n’est pas non plus des spectateurs. On les attend.» Selon le candidat de Mts, seuls 28% des cartes du département de Dakar ont été distribuées contrairement aux chiffres du ministère de l’Intérieur. Le reste, dit-il, «va être utilisé par ces gens qu’on a transportés pour voter».
Pour lui, la Commission électorale nationale autonome (Cena) ne devait pas laisser cette situation perdurer. «Le complice du voleur est un voleur. Le rôle de la Cena est d’arbitrer le processus. Pourquoi elle ne communique pas ? Pourquoi elle ne joue pas son rôle ? Si elle est incapable de le remplir, qu’elle démissionne», conclut-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here