PARTAGER

Il n’y a pas eu de cours hier à l’Espace numérique ouvert (Eno) de Thiès. Pour cause : le Collectif des étudiants de la promotion 4 de l’Université virtuelle du Sénégal (Uvs), réclame de meilleures conditions d’études et exige le même traitement que leurs camarades des autres universités du Sénégal.

La flamme de la contestation a été allumée hier à l’Université virtuelle du Sénégal (Uvs). Le Collectif des étudiants de la promotion 4 de cet établissement d’enseignement supérieur dé­roule son plan d’actions pour réclamer de meilleures conditions d’études. «C’est le plan B de notre plateforme revendicative parce que déjà nous avons déposé vendredi dernier, un mémorandum au niveau de l’administration de l’Uvs dans lequel nous avons libellé toutes nos difficultés. Et nous leur avions donné un ultimatum pour réagir, sinon nous allons dérouler notre plan B. Et c’est d’arrêter les cours à l’Espace numérique ouvert (Eno) de Thiès», explique Mouhamed Fall, porte-parole du collectif. Il dénonce, face à la presse, «le problème de la connexion à internet, le retard dans le déroulement des cours, l’inadéquation du système d’évaluation à l’Uvs, le problème des bourses», entre autres difficultés. «Le premier point de revendications c’est la connectivité. Parce que quand on parle de l’Uvs, on parle de numérique. Et le problème de notre université c’est la connectivité», explique Mouhamed Fall. A cela s’ajoute, «le problème de tuteur auquel l’Uvs est confrontée». Il renseigne : «C’est un système avec lequel nous travaillons. Les tuteurs doivent être là aux heures de cours mais malheureusement quand les étudiants se connectent, ils ne voient pas de tuteurs.» Pis, poursuit-il, «il y a des matières ou nous n’avons pas de tuteurs». Que dire du problème de la double orientation ? «Dès que vous êtes orienté à l’Uvs, la première vague démarre les cours. Et cette année au moment où nous, la quatrième promotion, préparons à faire le second semestre, on nous a orienté d’autres bacheliers qui ont eu le Bac en 2016 comme nous. De ce fait, nous sommes obligés de les attendre pour qu’ils soient au même niveau que nous pour continuer les cours. Et c’est cette même situation que vit la promotion 5, où les étudiants ont eu le bac en 2017. C’est un problème qui nous fait accumuler des retards», s’étrangle le porte-parole du Collectif des étudiants de la promotion 4 de l’Uvs. Ainsi demandera-t-il à l’administration de l’Uvs de corriger cela. Car, signale-t-il, «jamais dans l’histoire des universités classiques on a entendu cette double orientation». Aussi, les quelques 6500 étudiants de l’Eno de Thiès ont demandé la régularisation du paiement des bourses et la suppression du test de connaissances qui remplace les devoirs. Car, informe Mouhamed Fall, «le test de connaissances remplace aujourd’hui les devoirs. Lequel test n’est pas une bonne formule pour maintenir les étudiants dans la plateforme. Ce n’est pas pertinent. Il n’y a pas assez de suivi dans les tests de connaissances. Les étudiants peuvent faire ce qu’ils veulent. Il faut que l’administration arrête ça et maintienne les devoirs avec des surveillants et tout».
Les étudiants de l’Eno menacent ainsi d’intensifier le combat si rien n’est fait. «Une marche nationale est prévue dans les 12 Eno par le Collectif des étudiants de la promotion 4 de l’Uvs», annonce leur porte-parole Mouhamed Fall.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here