PARTAGER

L’Action éducative en milieu ouvert (Aemo), unité de Kolda, a déroulé mardi et mercredi passés un atelier de formation axé sur la vulgarisation du cadre légal de la protection de l’enfant au bénéfice des élus locaux et des enseignants du département de Vélingara. L’objectif est d’amener ces acteurs à comprendre et à jouer leur partition pour la promotion des droits de ces couches vulnérables.

Nul n’est censé ignorer la loi, dit-on. Malgré cela, les droits de l’enfant sont souvent foulés au pied, comme si on les ignorait. Pour que nul ne puisse se «prévaloir de sa propre turpitude», l’Action éducative en milieu ouvert (Aemo) de Kolda a jugé nécessaire de vulgariser les textes nationaux et internationaux qui protègent cette couche sociale bien vulnérable. Surtout quand on est à Kolda, région réputée être l’une des plus enclines à se moquer de l’enfance. C’est fort de ces considérations que l’Aemo, en collaboration avec Enda-jeunesse action, a organisé un atelier de 2 jours à Vélingara (mardi et mercredi passés) à l’intention des élus locaux et des enseignants. Il s’est agi, selon Mohamed Guèye, coordonnateur de l’Aemo de Kolda, de vulgariser «le cadre légal de la protection de l’enfant, c’est-à-dire les lois nationales et internationales qui parlent de l’enfant en termes de droits. Nous avons pu voir les formes de violations de droits dont ils peuvent être victimes, mais aussi les formes dont ils peuvent être acteurs et leurs conséquences juridiques». Il ajoute : «Notre ambition est de faire la promotion des droits, de sensibiliser sur leur respect et de promouvoir la mise en place de dispositifs de base pour que l’enfant soit bien à la place qu’il faut, à chaque étape de son évolution, c’est-à-dire dans la famille ou à l’école et non dans la rue comme on le constate souvent dans le département de Vélingara avec les talibés et les petits marchands ambulants dans les marchés hebdomadaires.» Mohamed Guèye a fait le plaidoyer pour que les Conseils municipaux fassent un peu plus de parts aux enfants dans leur budgétisation. Et aux enseignants, il a demandé de vulgariser les lois auprès des élèves, mais également des parents à chaque fois que l’occasion se présente.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here