PARTAGER

Les jeunes constituent le plus gros contingent d’électeurs sur le fichier électoral actuel. Par ce fait, ils doivent bénéficier d’une responsabilisation plus accrue dans les formations politiques. C’est le plaidoyer fait par le secrétaire général du Mouvement national des jeunesses socialistes (Mnjs). «Si les femmes ont bénéficié de la loi sur la parité, c’est du fait de leur lourd poids électoral. La même mesure devrait être appliquée aux jeunes du fait d’un poids électoral tout aussi lourd», a déclaré Bounama Sall, à Vélingara au cours d’un atelier de formation financé par la Fondation Friedrich Ebert, axé sur les «Principes et fondements de la social-démocratie». Une soixantaine de jeunes du Parti socialiste des départements de Kolda, Médina Yoro Foula, Sédhiou, Vélingara et leurs alliés de l’Apr et de l’Afp ont écouté la plaidoirie de M. Sall qui a ajouté : «Les jeunes sont de plus en plus bien formés, ils sont représentatifs ; par conséquent, ils doivent avoir l’opportunité de jouer leur partition à l’Assemblée nationale en matière des politiques de jeunesse qui leur sont destinées.»
Ces jeunes de Benno bokk yaakaar ont étalé au grand jour, les «nombreuses réalisations» du régime de Macky Sall dont certaines «sont d’inspiration socialiste». C’est le cas, selon Bounama Sall, «de la bourse de sécurité familiale, de la couverture maladie universelle et de la mise en place d’infrastructures sociales». Pour Aguibou Djigo, secrétaire général de l’Union régionale du Mnjs de Kolda, il s’est agi de permettre aux jeunes de ces contrées éloignées, «qui ont rarement l’opportunité d’être formés à la chose politique, d’en connaître un peu plus sur la social-démocratie, de comprendre les missions et le fonctionnement du Parti socialiste et d’être imprégnés de leurs responsabilités politiques».

akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here