PARTAGER

Le maire Mamadou Oury Baïlo Diallo a proposé la révocation de 6 conseillers pour «absences irrégulières et récurrentes». L’un d’entre eux, Beyty Ba, croit plutôt que c’est le maire qui mérite une exclusion pour des faits de spéculation foncière.

Le Conseil municipal de Vélingara, au cours de sa séance ordinaire du mardi 24 décembre dernier dédiée au vote du budget 2020, avait proposé la révocation de 6 conseillers municipaux pour «absences irrégulières récurrentes». «Les mises en demeure reçues n’y ont rien pu. Certains n’ont même pas daigné répondre aux lettres», a constaté le maire Mamadou Oury Baïlo Diallo. L’écrasante majorité des conseillers présents ont accepté leur révocation «qui va suivre la procédure normale». Parmi ces conseillers «absentéistes», il y a l’inspecteur de l’enseignement à la retraite Yoro Fall, l’inspecteur de l’enseignement El Hadji Kama Diaouné, l’instituteur Habibou Sabaly, l’homme d’affaires Mahamadou Bamba Mbathie, Mme Ousmane Nénédio Diallo, expatriée, et le contrôleur des Impôts et domaines Beyty Ba.

«C’est le maire qui doit être révoqué pour des actes de spéculation foncière»
Justement, Beyty Ba n’entend pas laisser passer cette mesure qu’il juge «juridiquement inexistante», mais aussi «n’ayant reçu pour l’instant aucune notification dans ce sens». M. Ba, par ailleurs 1er vice-président du Conseil départemental, trouve d’autres raisons à leur révocation. «Le maire a simplement voulu se débarrasser de la crème du Conseil qui le gêne dans ses manœuvres. Nous sommes de simples conseillers sans fonction dont l’absence ne gêne nullement le fonctionnement normal de l’institution. En réalité, il cherche à nous détourner de la question essentielle qui alimente tous les débats : c’est celle liée à la spéculation foncière. Sinon, il y a des conseillers décédés qui ne sont pas encore remplacés. Donc cette décision n’est ni rationnelle ni nécessaire encore moins légale. On ne peut pas faire remplacer des vivants et se taire sur les cas des disparus», a-t-il relevé. Déterminé à en découdre avec Mamadou Oury Baïlo Diallo, Beyty Ba sonne la révolte : «J’ai écrit une lettre au ministre de l’Intérieur et des collectivités territoriales pour faire révoquer le maire pour des actes de spéculation sur des affectations de terrains publics, constituant une menace à l’ordre et à la sécurité publics, tel que stipulé par le Code des collectivités territoriales dans son article 140, alinéa 7.» Et d’avertir : «Toute délibération qui sera faite au cours d’une session à laquelle je ne serai pas convoqué sera attaquée dans les juridictions compétentes pour cause d’illégalité.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here