PARTAGER

Le maire de Vélingara n’a pas digéré les accusations de détournement de 200 millions par son 2ème adjoint. Mamadou Woury Baïla Diallo a donc envoyé hier une sommation interpellative à Abdoul Aziz Mbengue, qui a assumé ses propos.

Entre le maire de Vélingara et son 2ème adjoint, c’est la guerre totale. El Hadji Abdoul Aziz Mbengue accuse l’édile de cette ville, Mamadou Woury Baïlo Diallo, d’avoir «détourné à des fins personnelles la bagatelle de 200 millions de F Cfa de 2014 à 2019». Lors de son point de presse dimanche, il a déclaré en détenir les preuves. Des jeunes proches de Mamadou Oury Baïlo Diallo avaient réagi dans la soirée, soutenant que c’est le président du Conseil départemental qui serait derrière sa sortie. «Abdou Mbengue veut détourner l’attention de la population de Vélingara de l’affaire des 122 millions de F Cfa dont son mentor, le président du Conseil départemental, est sommé de justifier l’usage et les bénéficiaires», a déclaré Landing Dramé. Qui rappelle que le 2ème adjoint est un «repris de justice, condamné en 2009 à 9 mois de prison ferme». Mais cette réplique n’a pas suffi au maire qui a décidé hier d’envoyer une sommation interpellative à M. Mbengue pour des «propos diffamatoires» contre le maire de Vélingara. Et M. Mbengue dit assumer ses propos.
Face à la presse, il avait donné les détails de ce qu’il qualifie de «gestion nébuleuse». «Un gap de 72 millions est noté entre le compte administratif du maire et le compte de gestion du percepteur. 85 millions destinés aux indigents, 21 millions aux acteurs culturels, 12 millions du Centre de lecture et d’animation culturelle (Clac), soit un total de 190 millions. A cette somme s’ajoute la gestion financière des projets de l’Etat comme la Cel et le Pacasen, respectivement de 25 millions et de 43 millions 836 mille 522 F Cfa», a-t-il précisé. Cet adjoint au maire souligne par ailleurs que «le seul fait que sur les 56 conseillers municipaux, 46 ne savent ni lire ni écrire en français, alors que la langue de travail est le français, constitue un frein pour le développement». En outre, M. Mbengue constate «l’inexistence» de réunion de bureau et «l’absence» de secrétaire municipal, celui qui est encore en poste étant à la retraite.

Suspendre la compétence des maires sur le foncier
La gestion foncière des exécutifs des collectivités territoriales est décriée partout au Sénégal. Alors même que leur mandat est arrivé à expiration depuis juin 2019. C’est pourquoi El Hadji Abdoul Aziz Mbengue a proposé à l’Etat de suspendre les compétences des maires à faire de nouvelles délibérations pour l’affectation/attributions de terres et faire l’audit du foncier pour clarifier l’attribution des parcelles. Parce que, selon lui, le foncier est un «terreau fertile à l’enrichissement illicite». Pour le cas de Vélingara, il ne lâche pas le maire. «Depuis 2005, il a procédé au lotissement, sans autorisation, de 8 212 parcelles et a morcelé plus d’une dizaine de réserves qu’il avait trouvées sur place.» Il a aussi dénoncé «l’absence d’un registre foncier».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here