PARTAGER

Pour l’efficience de leurs activités de lutte contre les grossesses et mariages précoces et toutes les autres formes de violences subies par les adolescentes, le Centre conseil pour adolescent (Cca), avec l’appui de Unfpa, a organisé, au courant du trimestre qui vient de s’achever, une série de formations en transformation de fruits et légumes et en savonnerie pour plus de 200 jeunes filles, membres des clubs Cca.

Fatoumata Baldé, 14 ans révolus, a la satisfaction des héros qui ont accompli des hauts faits de guerre. Au terme de 3 jours de formation en transformation de fruits et légumes au Centre de formation professionnelle (Cfp) de Vélingara, jeudi passé, elle est fière d’être parvenue à faire «de mes mains, du jus et sirop de Gingembre, du jus et sirop de tamarin, jus et sirop de bissap, de pain de singe et de «nébédaay» (moringa). Je n’en crois pas encore mes yeux. Au retour au village je me plairais à le faire pour la consommation de la famille, pour mes parents». Mlle Baldé est membre du «club des jeunes filles Cca» du village de Saré Yéroyel, à 3 km au sud de la ville de Vélingara, l’un des 18 clubs de jeunes filles du Cca du département de la localité bénéficiaires d’une série de formations en transformation de fruits et légumes et en fabrication de savons. André Sambou, coordonnateur du Centre conseil pour adolescents (Cca), lève un coin du voile sur le pourquoi et le comment de ces formations. Il a dit : «Ce sont 18 clubs, pour un nombre approximatif de 200 adolescentes, encadrés par le Cca en santé sexuelle et reproduction et en nutrition et supplémentation en fer qui ont reçu ces séries de formations. Le but c’est de les rendre autonomes, qu’elles aient des activités génératrices de revenus dans leurs villages pour s’affranchir de la dépendance et échapper peut-être à la prédation des jeunes garçons.» Unfpa (organisme du système des Nations-unies d’aide à la population), qui a financé ces formations, a aussi doter le Cca de matériels et de tout l’équipement nécessaires pour que ces clubs de jeunes filles puissent pratiquer le métier dans leurs villages respectifs.
Pour la rentabilité de l’activité, la formatrice et directrice du Cfp, Mme Oumy Sène Thiam, a renseigné : «Le savon est fait à base de produits locaux, faciles à trouver dans le marché et le matériel est aussi disponible. Donc le coût de production est insignifiant.  Les fruits sont des fruits de saison. Nous avons travaillé avec les fruits disponibles en ce moment. Vous voyez que l’on n’a pas fait de jus de mangue ou de citron…ce n’est pas la période.»
Le Cca, avec son partenaire de tous les temps, l’Unfpa, organise des séances de dépistage du Vih et a formé les mêmes adolescentes en nutrition, en supplémentation en fer. Car «le fer est un supplément alimentaire nécessaire en période d’adolescence, pour pallier les pertes de sang. Beaucoup de filles de cette localité sont anémiées, c’est pourquoi on a décidé de leur donner du fer et les enseigner les rudiments de la nutrition», a dit André Sambou.
Le Centre conseil pour ado mène des activités de counseling à l’endroit des jeunes, les filles en particulier, leur offre des services de contraception et aide à éviter les grossesses et pariages précoces, organise des causeries sur les thèmes de la santé sexuelle et de la reproduction.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here