PARTAGER

La communication au sein des couples favorise non seulement l’harmonie familiale, mais aussi aide à améliorer les comportements en faveur de la santé maternelle et infantile. C’est la conviction du projet Usaid Neema qui a, avec l’appui des «bajenu gox» de Vélingara, identifié et célébré 5 couples offerts en modèles aux populations de Vélingara.

Fierté. Joie. Réconfort. Ce sont les sentiments vécus par le couple Mballo du quartier Hlm de Vélingara. Samba et Ndèye Woré Faye Mballo ont été élus couple modèle de Vélingara, à l’issue d’une compétition qui les a opposés à 4 autres issus de différents quartiers de cette commune, chef-lieu de département de la région de Kolda. C’était samedi passé, au cours d’un concert grandiose, animé par l’orchestre Les Hirondelles de la localité, sous le regard de plusieurs centaines de couples et d’individus, qui ont fait le déplacement au terrain Bopp, invités par le projet Usaid Neema. A la fin de cette manifestation dénommée «Japp na ci show», le couple d’enseignants, heureux, est rentré avec le panier plein d’ustensiles de cuisine et un réfrigérateur. Ils ont pu répondre, mieux que leurs concurrents, à des questions relatives à la santé maternelle, infantile et de la reproduction. L’époux a pu faire montre de connaissances relatives à la santé de la reproduction et surtout faire preuve de capacité d’écoute et de communication.
Pour le choix des 5 couples, Mme Wade, Oumou Khaïry Mben­gue, chargée de la Recher­che et suivi/évaluation à Usaid Neema, a informé : «Ce sont les bajenu gox de la localité qui ont aidé au choix de ces 5 finalistes. Ce sont des couples dont les femmes font régulièrement leurs consultations prénatales en cas de grossesse et qui suivent leur santé et celle de l’enfant après accouchement. En plus, les habitants du quartier ont témoigné de la bonne harmonie dans le couple. Des informations qui sont confirmées par le bon état de santé de leurs enfants.»
Cette activité est une des stratégies du projet Usaid Neema qui fait la promotion des comportements sains pour améliorer la santé maternelle et infantile et vient renforcer le contenu des spots radios et autres campagnes de sensibilisation. Selon Ama­dou Loum Diop, coordonnateur des activités Ccsc au bureau de Usaid Neema de Kolda, «il est admis que quand un couple communique, beaucoup de problèmes de santé sont réglés. Par exemple, le mari peut facilement se rendre compte de l’état de grossesse de son épouse dès les premières semaines et l’encourager à respecter ses rendez-vous médicaux. Les tabous et interdits alimentaires sont discutés et levés si nécessaire».
Mme Fatou Baldé, invitée, séduite par l’initiative et l’approche, a exhorté les hommes à provoquer la «communication au sein des couples pour mettre à l’aise la conjointe et résoudre, par anticipation, tous les facteurs de conflits, pour le bonheur des enfants et de la santé de la mère qui a besoin du soutien et du réconfort moral de l’homme quand elle est mal à l’aise».
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here