PARTAGER

Leur leader non investi, les militants de l’Arema (Alliance pour la réélection du Président Macky Sall) demandent à Habibou Sabaly de suspendre ses activités politiques.

Les investitures pour les Législatives de juillet prochain continuent à dévoiler leurs lots de frustrations. Et ce sont des militants de l’Alliance pour la République (Apr) qui ont vivement extériorisé leur courroux, mercredi dernier, à l’occasion d’une conférence de presse. Des adjoints à des maires, des leaders de jeunesses républicaines et de femmes, membres de l’Alliance pour la réélection du Président Macky Sall (Arema, mouvement politique) ont, en chœur, crié leur «sentiment de frustration et de désolation face à ces investitures».
Boubacar Diao, qui a porté la parole des proches du président de l’Arema, a dénoncé : «Nous avons constaté qu’à chaque fois, notre leader Habibou Sabaly est lésé par les décisions du parti, malgré tout le travail qu’il abat à la base. Aujourd’hui, il est incontestable qu’il est l’un des rares responsables à massifier le parti à travers son mouvement Arema, à animer le parti dans toutes les communes, à réconcilier des militants et des responsables, alors qu’il n’est bénéficiaire d’aucune promotion. Il fait toutes ces activités sur fonds propres. Il est temps que ses efforts soient reconnus par le parti.»
Pour les espoirs trahis aux Locales de 2014, à l’élection du Hcct et puis à ces Législatives, Boubacar Diao et Cie demandent à leur leader de «suspendre toute activité politique au sein de l’Apr et de revenir rencontrer la base pour une prise de décision commune». En attendant, ces frustrés des investitures ont réaffirmé leur appartenance à l’Apr et à la coalition Benno bokk yaakaar.
La section de Vélingara du Parti socialiste, également, a exprimé sa désapprobation d’avoir été zappée des listes candidates pour ces Législatives. Ils n’ont pas compris que le consensus des pré-investitures ait été allégrement violé par l’Apr, qui a pris tous les postes de titulaires et de suppléants, laissant en rade les partis alliés, surtout «le Ps qui se trouve être la 2ème force politique de la coalition», à en croire les proches de Ousmane Tanor Dieng. Malgré cette colère noire, Ousmane Baldé, qui a porté la parole des Socialistes, lors d’un point de presse, a confirmé l’ancrage de leur leader Ibrahima Barry dans Benno bokk yaakaar, mais demande à Ousmane Tanor Dieng de faire corriger positivement ce tort.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here