PARTAGER

C’est après la rentrée des classes que beaucoup de parents d’élèves circoncisent leurs enfants. Retenant du coup des  centaines d’enfants à la maison. Ayant compris les raisons de cette pratique, le Conseil départemental a pris sur lui la décision de se substituer aux parents pour circoncire une centaine d’enfants, organiser un «Grand dioudiou au courant du mois d’août».

Le «dioudiou» est un terme mandingue qui désigne un grand abri de fortune installé à la périphérie du village et qui abrite de petits circoncis, d’un ou de plusieurs villages, le temps de leur guérison et de leur initiation à la vie en société et au respect des valeurs et normes communautaires de la société d’origine. Avec le «kankourang» (un masque mythifié en milieu mandingue) qui veille sur eux tout le temps de leur séjour dans le «dioudiou». Une pratique qui a tendance à disparaître pour laisser la place à des regroupements individuels ou familiaux de jeunes circoncis, sans aucune forme d’éducation. Le Conseil départemental de Vélingara a pris l’initiative de ressusciter la vieille pratique pendant cet été.
En session ordinaire samedi dernier, les conseillers ont adopté à la majorité le projet présenté par l’honorable conseiller Ousmane Baldé. Il explique devant ses pairs : «Le projet du ‘’Grand dioudiou’’ consiste à regrouper une centaine de jeunes enfants de tous les coins du département de la tranche d’âge de 6 à 10 ans répartis entre 3 sites. Le Comité d’initiative prend en charge tous les frais liés à l’opération, à la restauration, aux soins, au blanchissage et organise les sorties du kankourang. A la sortie, chaque circoncis sera habillé et doté d’un trousseau de fournitures scolaires.» Pourquoi ce come-back ? «Nous avons remarqué que c’est en octobre que la plupart des enfants sont circoncis, les empêchant de démarrer les cours en même temps que leurs camarades. Les parents, faute de nourriture suffisante en août-septembre, attendent les premières récoltes pour circoncire les enfants, période qui coïncide malheureusement avec la rentrée des classes. C’est une manifestation de solidarité avec les parents qui seront épargnés de toute charge financière.» Le président du Conseil départemental, Ibrahima Barry, qui soutient l’initiative, y est aussi aller de ses éclairages : «Je trouve 3 principaux objectifs à cette initiative : revaloriser le patrimoine culturel mandingue à travers le kankourang qui sera réhabilité dans sa forme originelle et sa sortie réglementée, une solidarité avec des parents d’élèves démunis qui, à contrecœur, confinent leurs enfants à la maison alors que leurs camarades sont en classe et créer de l’animation culturelle et une forte de ‘’camaraderie de case’’ entre fils du département.»
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here