PARTAGER

La Senelec a choisi le mois de Ramadan et une période de forte chaleur pour couper à tout-va le courant électrique à Vélingara. Et puis, des dizaines de camions remplis de carburant stationnent à proximité des maisons et des cuisines, en attendant de remplir des formalités douanières. Ce qui courrouce la société civile locale.

Depuis plus de 2 semaines, la fourniture en énergie électrique est défectueuse dans le territoire départemental de Vélingara. Des secteurs peuvent rester 24 heures sous délestage. Certains 12 heures, et d’autres moins. Une situation qui a eu le don de faire sortir la société civile locale de sa réserve. Le Forum civil, la Raddho, des organisations de la société civile et le Conseil départemental de la jeunesse se sont, ensemble, insurgés contre ces manquements. Au cours d’un point de presse, le responsable départemental de la Raddho Amadou Dièye Sow, a martelé : «Depuis quelques jours, nous subissons des délestages intempestifs du courant, en plus de la mauvaise qualité de l’électricité reçue. Ce qui détériore des matériels électroménagers qui ne sont pas réparés par la Senelec et qui occasionne d’importants manques à gagner pour les ouvriers et les commerçants. En plus des désagréments causés à la population en cette période de forte chaleur coïncidant avec le mois béni de Ramadan.» M. Sow poursuit : «Nous interpellons, au nom de toute la population, la Senelec pour le rétablissement rapide de tout le réseau avec la qualité qui sied. Autrement, nous nous réservons le droit d’organiser une marche populaire dans les prochains jours.»
Autre problème de sécurité publique soulevé par la société civile, c’est «le stationnement simultané de plusieurs camions citernes chargés de carburant dans le centre-ville, le long des maisons, à côté des cuisines. Ce qui constitue un risque énorme. Nous proposons, dans l’attente de remplir les formalités douanières, que ces camions stationnent en dehors de la ville, précisément à Saré Bassy (à 2km de là) dans l’ancienne base-vie de la Compagnie sahélienne d’entreprise (Cse)». Il s’agit de camions d’immatriculation malienne, remplis de carburant et qui, en provenance du port de Banjul (Gambie), sont en transit à Vélingara pour les formalités douanières avant de poursuivre leur chemin vers le Mali. Samedi passé, ils étaient près de 80 camions à occuper différentes artères de la ville le long des habitations, parfois à proximité des lieux d’émission de feu.

akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here