PARTAGER

Mardi passé les élèves du Collège d’enseignement moyen (Cem) du village de Kaoné, commune de Wassadou, ont détruit toutes les 4 salles de classe faites de lattes de bambou et de paille. C’était après avoir décrété un mot d’ordre de boycott des cours de 48 heures au cours d’une Assemblée générale. Selon le principal de ce Cem, Chérif Ndiaye, les élèves «exigent la construction de salles de classe en dur ainsi que la mise à disposition d’une eau potable. Ils disent que depuis 7 ans que ce collège existe, il a toujours fonctionné avec des abris de fortune». Pourtant, selon le chef de l’établissement, il est prévu la construction dans ce collège de 4 salles de classe et un bloc de sanitaires dans le cadre du Puma (Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers). Kaoné est un village du département de Vélingara à moins de 7 km de la frontière avec la Guinée-Bissau.
La gendarmerie de Pakour s’est saisie de l’affaire et a entendu le principal du collège, un professeur ainsi que le chef de village. Les élèves et l’Association des parents d’élèves, convoqués, se faisaient désirer à la brigade, occupés au village à refaire les huttes. Selon le principal, il est possible que les 160 élèves de cette petite école puissent reprendre les cours très rapidement.
Il est vrai que les jeunes collégiens sont souvent frustrés de quitter des salles confortables de l’école élémentaire pour des salles moches et poussiéreuses des collèges d’enseignement entièrement en abris provisoires. La joie d’avoir réussi à l’examen de l’Entrée en sixième est suivie par une frustration à la rentrée des classes, frustration provoquée par l’environnement scolaire peu attrayant du collège. Mais ceci ne saurait expliquer cet acte.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here