PARTAGER

Le projet Tiers sud Beydaare, en collaboration avec les Agences régionales de développement (Ard) de Kolda et de Tambacounda va appuyer 5 communes du département de Vélingara et 1 de Tambacounda pour l’obtention de documents de planification afin de faciliter l’identification et la mise en œuvre d’actions prioritaires de développement. Le processus est lancé au cours d’un atelier d’habilitation tenu à Vélingara.

Une collectivité territoriale, pour se mettre efficacement au service du développement des terroirs, doit organiser ses interventions et prendre en compte les préoccupations actualisées de toutes les couches sociales. Planifier ses actions, pour être précis. C’est la conviction du projet Tiers sud Beydaare qui, avant la mise en place de son Fonds d’appui à l’intercommunalité, a jugé nécessaire, à la demande des communes partenaires, de les aider à avoir des documents de planification. Le processus d’élaboration des Plans de développement communal (Pdc) des communes partenaires est lancé, lundi passé, au cours d’un atelier d’habilitation tenu à la salle des réunions de la préfecture de Vélingara. Bientôt donc, les communes de Nétéboulou (Tam­bacounda), Kandia, Kandiaye, Paroumba, Saré Coly Sallé et Wassadou (Vélingara) vont avoir leur Pdc. Il s’agira, selon Abdoul Hanne, directeur de l’Agence régionale de développement de Kolda d’élaborer «un plan de développement communal qui est transversal, qui est dans une approche systémique, qui prend en compte toutes les préoccupations de toutes les composantes de la collectivité territoriale. Le document doit pouvoir être utilisé par tous les acteurs de la collectivité après avoir fait l’objet d’une appropriation par tous et qui l’utilisent comme outil de marketing et qui se mobilisent pour aller à la recherche des ressources nécessaires pour sa mise en œuvre».
L’atelier a consisté en une présentation du guide harmonisé de planification des communes. C’est pour mieux indiquer ses manquements et orienter vers la prise en compte d’autres dimensions que sont la transfrontalité, la nutrition, le genre, les changements climatiques et les migrations.
Les facilitateurs et enquêteurs qui vont appuyer les communes dans le processus devront faire en sorte que ce soit le document de tous, pour tous, parce que fait par tous et contenant les préoccupations de tous.
Déjà, le projet Tiers sud Beydaare, Selon son coordonnateur M. Thiam, se propose de financer certains besoins qui seront listés dans le document par l’entremise du Fonds d’appui aux investissements qui va intéresser les communes partenaires. M. Thiam a tenu à préciser que le document opérationnalisé, mis à jour, contenant les besoins des communautés et des autorités techniques et administratives pourrait être utilisé par tout autre partenaire de la commune pour intervenir dans des secteurs cibles.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here