PARTAGER

La relation amoureuse entre une épouse d’émigré et un polygame a viré, dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, au drame dans le département de Vélin­gara où l’homme a ôté la vie de son amante avant d’incinérer le corps.

Le village de Dialadiang, situé à l’extrême est du département de Vélingara, à 5 km de la frontière avec la Guinée Conakry, a connu une fin de mois de Ramadan dramatique. Vendredi passé, un corps sans vie, méconnaissable, les pieds ligotés, et calciné à plus de 75% a été découvert aux alentours d’un hameau, Sinthiang Sellou, à 1 km de là. Une odeur d’essence attirait l’attention. Il s’était agi des restes d’une dame d’environ 30 ans, M. S., qui aurait été tuée par son amant A.B, la quarantaine sonnée, avec qui elle avait quitté ledit hameau vers 20 heures à bord d’une moto, alors que le ciel menaçait d’ouvrir ses vannes.
Selon une source proche du dossier, la pauvre avait quitté Dialadiang jeudi matin pour assister au baptême de l’enfant de son frère aîné à Sinthiang Sellou. Au petit soir, A. B l’y a trouvée et a rompu le jeûne là-bas. Et notre informateur d’indiquer que, juste après le repas, A. B. a marqué son impatience à rentrer à Dialadiang avec M. S. Il commit certainement le crime à mi-chemin. Le vent qui a soufflé et la pluie qui est tombée ont facilité le crime, autrement «il serait pris la main dans le sac, car la voie est très fréquentée», a noté l’informateur.
Les gendarmes basés à Kalefour, informés, ont constaté les faits avant d’alerter les sapeurs-pompiers qui se sont chargés d’évacuer les restes à Vélingara.
D’après toujours notre source, sitôt le crime commis, A. B. est allé informer ses deux épouses et sa septuagénaire de maman tout en déclarant devoir quitter le pays la même nuit de jeudi. D’ailleurs, les gendarmes qui sont venus constater le drame n’ont trouvé aucun membre de la famille du meurtrier à la maison.
M. S est l’épouse d’un émigré du village de Diatamine Saféré qui, en bisbilles avec la belle-famille, a provisoirement quitté le domicile conjugal pour s’installer dans son village natal de Dialadiang. Elle entretiendrait une relation amoureuse avec celui qui lui a finalement ôté la vie. Pour quels motifs ? Certainement, les hommes en bleu de la brigade de Kalefour trouveront la réponse.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here