PARTAGER
Ilustration

Des abris provisoires volontairement incendiés, la région de Kolda commence à s’habituer à cette monstruosité. Après le lycée de Dabo, l’année dernière, c’est une école élémentaire de la périphérie ouest de la commune de Vélingara qui a reçu la visite matinale d’un pyromane.
Tôt dans la matinée de lundi dernier, le directeur, les enseignants et les élèves de l’école élémentaire de Saré Yéro Méta ont été surpris de constater, peu avant 8 heures, que la salle de classe en «krinting» de Mme Kalamo était hors d’usage, détruite par des flammes criminelles. Pis, à l’intérieur, le tableau est enduit d’excréments humains. Les tables-bancs complètement calcinés. Le directeur Souleymane Coly de crier son amertume : «A ce que nous sachions nous sommes en bons termes avec tout le monde dans ce quartier. Qui a intérêt à organiser ce forfait ? N’avait-il pas conscience qu’il allait faire plus mal aux élèves qu’au personnel ?» Puis d’ajouter : «Il est temps que l’Etat mette en pratique sa volonté de résorption des abris provisoires.»
L’inspecteur de l’éducation et de la formation, Amadou Lamine, s’est aussitôt rendu sur les lieux pour marquer sa solidarité avec les élèves et parents et puis donner des recommandations pour que les élèves n’en perdent davantage d’heures de cours. Une plainte a été déposée contre X à la gendarmerie de Vélingara.
Par le passé, l’école élémentaire de Darsalam Manda (Vélingara) a connu ce type d’incendie. De même que le collège d’enseignement moyen de Badion et le lycée de Dabo (Kolda).
Il faut dire que le taux de classe en abris de fortune est énorme dans le département de Vélingara. En plus des écoles élémentaires, plusieurs collèges et lycées font les enseignements dans des huttes.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here