PARTAGER

Des candidats à la candidature pour les élections législatives cherchent la caution des maires des communes membres de la coalition Benno bokk yaakaar pour se donner des chances d’être retenus. Un procédé contre lequel s’élève le vice-consul du Sénégal au Maroc, Aliou Diao, qui note que les maires ne constituent pas un collège pour s’arroger le droit de tuer des ambitions.

Des candidats à la candidature pour les élections législatives au sein de l’Alliance pour la République (Apr) sont en train de chercher le visa des différents édiles des communes du département, membres de la coalition Benno bokk yaakaar (Bby), pour se donner des chances de figurer sur les listes candidates définitives. «Au nom de quel texte règlementaire de l’Apr ?», s’est interrogé le vice-consul du Sénégal au Maroc, Aliou Diao, venu exprès du royaume chérifien pour s’impliquer dans le processus du choix des candidats.
M. Diao, l’un des premiers militants du parti présidentiel à Vélingara, fulmine : «Je m’en f… qu’untel ait le soutien de tous les maires, cela doit-il suffire à tuer mes ambitions ? Surtout s’il s’agit de maires ayant fait la preuve de leur incompétence dans la gestion de leur commune. A ce que je sache, les maires ne constituent pas un collège électoral.» M. Diao s’empresse d’ajouter qu’il n’est pas candidat, justement parce qu’il considère que toute personne ayant bénéficié d’un poste nominatif, d’un poste de responsabilité, doit donner la chance à d’autres. Il précise : «Il faut à certains un esprit de renoncement, de sacrifice, mettre entre parenthèses ses ambitions personnelles pour l’intérêt général, afin de construire un consensus fort autour d’une ou plusieurs candidatures. Il y a des gens impliqués dans la massification du parti au sein des mouvements ou du parti, qui se donnent à fond pour la coalition, qui n’ont rien reçu du parti et qui n’ont pas droit au chapitre, tout simplement parce qu’ils n’ont pas de relation au sommet de la formation. Ce n’est pas juste.» M. Diao ajoute : «Et puis au nom de quel critère l’Apr doit-il prendre un homme et laisser aux alliés le choix d’une femme. Pourquoi pas une femme pour l’Apr ? Elles sont aussi méritantes que les hommes.»
A rappeler que l’Apr procédera au choix de ses candidats le samedi 20 mai prochain. Ap­parem­ment, elle le fera sans les alliés du Parti socialiste, version Ibrahima Barry Dia­wadou, qui vont faire leurs propositions à part, pour le compte de Bby. Mais bien téméraire qui peut jurer que tout se passera sans heurts.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here