PARTAGER

Depuis son installation officielle dans le département de Vélingara le 9 octobre 2015, le Grand Parti (Gp) a réuni pour la première fois samedi dernier ses responsables de toutes les sections communales pour statuer sur la vie du parti et parler de la refonte en cours du fichier électoral et des Législatives de 2017. Selon Aïssatou Diaïté, il a été question de la structuration du parti dirigé par Malick Gackou, même si une lettre officielle n’y invite pas pour l’instant. «Il faut que les militants aient des interlocuteurs. Pour cela, il faut un coordonnateur et des responsables reconnus dans toutes les sections», ajoute Kémo Toun­kara, jeune militant de la commune. Ainsi, à l’unanimité, Mme Diaïté a été proposée au poste de responsable départementale des femmes et Lamarana Diallo, coordonnateur départemental. Les participants ont également proposé les deux cités comme les futurs candidats pour les Législatives de 2017. «Le choix s’est fait dans un consensus total. Nous ambitionnons d’être le premier parti ou, au pire, le 2ème. Déjà, nous avons commencé le travail de massification en perspective des Légis­latives», a dit Lamarana Diallo.
En attendant, Mme Diaïté doute de la volonté du régime d’aller aux Législatives à date échue. Et ce, du fait des «lenteurs» notées dans l’enrôlement des militants pour l’obtention de la carte d’électeur notamment. «Si ceux qui ont été enrôlés en novembre doivent retirer leurs cartes en février, qu’en sera-t-il de ceux qui s’inscriront en janvier ou février prochain ? Que Macky nous édifie sur sa volonté d’aller ou non à ces élections», a-t-elle conclu.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here