PARTAGER

La nouvelle rentrée des classes, après plus de 2 mois de suspension des cours pour cause de survenance de la pandémie du coronavirus, est prévue pour le 2 juin prochain. Une directive présidentielle que les autorités administratives et scolaires du département de Vélingara veulent rendre opérationnelle, sans trop de couacs. Aussi le préfet du département a-t-il convoqué, mercredi passé, un Comité départemental de développement(Cdd) pour réfléchir sur «comment rendre effective et réussir cette reprise des cours dans les écoles élémentaires et les collèges», a d’emblée précisé le Préfet Saïd Dia. C’est pour mieux éviter des questions sur l’opportunité et la pertinence de la reprise ou d’autres types de questions qui ne peuvent pas trouver de réponses à son niveau.
Dans sa communication, l’Inspecteur départemental de l’Education et de la formation (Ief), Déthiouck Samba, a dressé l’état des lieux des acteurs et structures sollicités pour la nouvelle rentrée des classes prochaine. Il s’agit de : «298 écoles élémentaires et 44 collèges d’enseignement moyen se trouvant dans la circonscription. Parmi celles-ci, 48 écoles élémentaires et 2 collèges fonctionnent sans classes d’examen (Cm2 et 3ème). Dans les écoles concernées, 6480 élèves sont en classe de Cm2 et 2096 en classe de 3ème. Ces potaches sont encadrés par 1249 instituteurs et 463 professeurs.»
L’inspecteur a aussi informé que les mesures de restriction des déplacements ont trouvé 636 enseignants hors de la région (tous cycles confondus) dont une majorité de 164 dans la région de Dakar, 1 coincé en Gambie et un autre bloqué en Guinée-Bissau. Pour les élèves se trouvant hors de la région, «le recensement s’est avéré très difficile parce que les directeurs d’école n’ont pas forcément la maîtrise sur leur situation. Malgré tout on a noté que 3 candidats au Cfee sont hors de la région en ce moment». Le comment du retour de ces enseignants n’a pas trouvé une réponse tranchée, ni auprès du préfet ni de l’inspecteur.

Recommandations
Le Cdd a recommandé aux chefs d’Etablissement, en collaboration avec les organes de gestion des écoles, de procéder au nettoiement des écoles avant l’arrivée du service d’hygiène pour la désinfection des salles de classe avant le jour-J. Il est aussi demandé aux parents d’élèves d’accompagner les enfants jusque dans les classes et au retour pour éviter les attroupements et que les enseignants veillent au lavage systématique des mains et à la distanciation physique dans et en dehors de la classe. Il faudrait auparavant que dispositif et les intrants de lavage des mains soient disponibles.
Le médecin-chef du district, le Dr Omar Sané, a demandé aux enseignants, en cas de détection d’un élève suspect, de l’ «isoler humainement  dans un endroit aéré et de se référer à l’agent de santé le plus proche qui pourra faire le reste du travail».
Pour la mise ne place des intrants, l’inspecteur a «demandé aux chefs d’établissement de faire ce qui est en leur pouvoir en attendant l’appui de l’Etat et des collectivités territoriales».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here