PARTAGER

Par la clarification des valeurs relatives aux règles qui régissent les relations hommes/femmes dans la société peule fouladou, le Centre conseil pour adolescents (Cca) de Vélingara veut aider cette couche dite faible de la société à construire elle-même les armes de sa libération contre toutes les formes de violences basées sur le genre. Le Cca a réuni à cet effet, dans un atelier financé par Onu-Femmes, une cinquantaine de femmes et de jeunes filles. André Sambou, coordonnateur du Cca, a clarifié l’objet de la rencontre : «Il s’agit d’un atelier d’orientation des femmes et des jeunes filles dans le cadre de la lutte contre les violences basées sur le genre. Les participantes ont reçu beaucoup d’informations pour l’avènement d’une société plus juste.» A écouter les communications, toutes les pratiques négatives dont sont victimes les femmes sont nées de perceptions elles-mêmes négatives, imposées par des relations de genre favorables aux hommes. Aussi, il fallait aider les participantes à déconstruire ces stéréotypes négatifs, à pousser les femmes à avoir confiance en elles-mêmes et à construire les armes de leur auto-défense. Mariama Sabaly, participante en classe de Terminale au lycée de Kounkané, apprécie : «Nous avons pu apprécier certaines valeurs de notre société, les responsabilités et obligations attribuées aux femmes. Nous pouvons maintenant agir en connaissance de cause dans le sens de notre autonomisation et le refus de se laisser brimer.» Mme Yamel Boiro, ménagère, renchérit : «Nous avons compris qu’il faut briser la culture du silence face à certains abus dont les filles sont victimes : viol, excision et mariages forcés. Cela, au vu de l’énormité des conséquences négatives qu’ils charrient.» Amadou Dièye Sow pousse les filles à aller de l’avant : «La perception de genre doit évoluer. Elle évoluera par vos actions auprès de vos pairs. Faites confiance en vous-mêmes et comprenez que hommes et femmes peuvent avoir le même potentiel et aller ensemble vers le développement personnel !»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here