PARTAGER

Le Parti démocratique sénégalais (Pds) a lancé, lundi dernier, sa campagne de collecte de parrains pour son candidat à la candidature, Karim Meïssa Wade. Cela, deux semaines après le lancement officiel de ladite campagne. Un retard qui n’inquiète les responsables nationaux de l’ancien parti au pouvoir. «La collecte de parrains n’est pas une course de vitesse, c’est une course de fonds. Aller à la rencontre des militants nécessite des préalables comme l’identification de nos cibles et la formation des collecteurs. Il ne faut pas aller sur le terrain sans détenir les bons outils et techniques de collecte. Tous les jours, vous entendez des couacs de nos cousins marron dans les opérations de parrainage. C’est parce qu’ils n’ont pas eu du temps pour la préparation. Ils sont dans la précipitation. Ce n’est pas le cas au Pds», a fait remarquer Me Adama Fall, membre du Comité directeur du Pds, à l’issue d’une formation des collecteurs. Soufflant le même tempo, Bakary Diao d’ajouter : «Il n’y a pas à se précipiter. Les militants du Pds attendent toujours les collecteurs du Pds. Ceux qui se sont inscrits ailleurs ne sont pas nos militants.»
Et pourtant au cours des débats qui ont suivi la session de formation, il est revenu que ce retard peut diminuer le potentiel de signatures que les bleus auraient pu avoir. Plusieurs orateurs ont déclaré que des camarades se sont laissés floués par des responsables de l’Apr qui ont pris leurs pièces d’identification nationale et que certains ont déjà émargé sur les fiches des partis de la mouvance présidentielle. D’ailleurs, pour la commune de Vélingara, la coalition présidentielle pro Mamadou Oury Baïlo Diallo a déjà obtenu 3000 signatures pour un quota de 5000 demandé.
A propos du candidat à la candidature du Pds, Me Fall a rassuré ses camarades du fouladou, visiblement préoccupés. «Karim Meïssa Wade a les aptitudes juridiques pour être candidat. Nous n’allons pas dévoiler nos stratégies, mais le moment venu, nous l’accompagnerons pour battre campagne et le porter à la tête de l’Etat du Sénégal», a-t-il souligné.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here