PARTAGER

La célébration de la Journée mondiale du paludisme a pour objectif de renforcer le plaidoyer et la mobilisation autour des stratégies de lutte contre cette maladie. La région de Kolda, fichée zone de contrôle pour ce qui concerne la malaria, avait besoin d’une mobilisation du genre pour rappeler de la nécessité de continuer la mobilisation contre le moustique. Dans la région, le district de santé de Vélingara a les indicateurs les plus alarmants, d’où son choix pour abriter la journée régionale. Le médecin-chef du district, Félix Mignane Diouf, a informé sur la situation de cette maladie. Il déclare : «En 2016, 47 135 personnes ont eu le paludisme dont 670 cas graves. Ce qui fait une incidence qui va jusqu’à 154 cas pour 100 000 habitants.» Il poursuit : «Par contre, dans les régions du nord Sénégal, on est à moins de 5 cas pour 100 000 habitants, c’est pourquoi on parle de pré-élimination dans ces localités. C’est dire que Vélingara paie un lourd tribut au paludisme.» Des statistiques qui ont eu le don de fouetter la sensibilité du nombreux public, venu assister à cette cérémonie qui a eu pour cadre l’enceinte de la préfecture de Vélingara. Un public majoritairement composé de femmes et d’élèves qui ont rivalisé de savoirs liés à cette maladie, à travers des compétitions de questions-réponses. D’ailleurs, ce sont sur ces 2 composantes du public que le préfet Abdourahmane Ndiaye place son espoir pour s’engager aux côtés des autorités médicales «pour en finir de bon avec le palu», pour reprendre le thème de la journée.
L’importance des cas graves de palu notés dans ce terroir s’expliquent, à en croire Dr Yaya Baldé, médecin-chef de région, «le recours tardif à la médecine conventionnelle, l’automédication, le refus de dormir tous les jours, toutes les nuits et toute l’année sous moustiquaire imprégnée». Il a surtout encouragé les communautés à «éliminer le moustique de l’environnement immédiat en détruisant les sites larvaires, car pour avoir le palu il faut auparavant avoir été piqué par un moustique».
Mme Fatou Mory Baldé, Bajjenu goxx, a profité de cette tribune pour encourager le public à lutter contre la prolifération des moustiques à domicile en détruisant les gîtes et en dormant sous moustiquaires. Et puis des sketchs ont également, mis l’accent sur la lutte contre le développement du moustique, mais aussi à se départir des préjugés mystiques liés à la maladie ; préjugés qui sont facteurs de retards dans la prise en charge médicale.
A cette cérémonie se sont retrouvées des autorités médicales et communautaires des 3 districts de santé de la région que celui de Vélingara, de Kolda et de Médina Yoro Foula.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here