PARTAGER

Une rencontre de partage sur l’approche Grand mother project (Gmp-changement par la culture) de protection et de développement holistique des enfants a réuni lundi et mercredi passés des imams, des chefs de village et des élus locaux de la commune de Némataba, département de Vélingara. Les participants à la rencontre ont pris des engagements, à la lumière des informations reçues, visant à lutter contre toutes ces formes de violence que subissent les enfants de cette partie du Fouladou pour assurer leur développement holistique.

L’approche Grand mother project (Gmp-changement par la culture) de protection et de développement holistique des enfants, des filles en particulier, repose sur 4 piliers essentiels : la culture, l’implication des aînés, à savoir les personnes qui ont de l’expérience, la communication entre les générations et la communication basée sur le dialogue et la recherche de consensus. Des notables, des imams et les élus locaux de la commune de Némataba, centre-nord de Vélingara, se sont familiarisés avec cette approche à l’issue d’un atelier tenu lundi et mercredi passés à la salle de délibération de l’hôtel de ville de ladite commune. Mamadou Coulibaly, chargé des programmes de Gmp-changement par la culture, a campé l’objet de la rencontre : «Les participants à cet atelier sont des leaders, des porteurs de voix dans leurs communautés. Nous avons suscité la réflexion sur l’approche changement par la culture, les différentes dimensions du développement holistique des enfants et les formes de violence auxquelles les enfants de Némataba font face, violences à même de compromettre leur développement holistique.» Des violences que sont : excision, déscolarisation, mariages et grossesses précoces, défaut d’enregistrement à l’Etat-civil, châtiment corporel. Pour lutter contre ces maux, Gmp-changement par la culture prône la méthode douce par la recherche de consensus à travers le dialogue et l’écoute. Une approche qui a eu le bonheur de séduire les imams et notables, de même que le maire, Kalidou Mbaye, qui a fait l’honneur de participer à la rencontre.
L’imam Abdoulaye Baldé a trouvé des points de convergence entre les missions de Gmp-changement par la culture et celle d’un imam. Il a enseigné : «Les imams sont aussi des éducateurs sociaux qui sont soucieux de l’enseignement des valeurs positives aux enfants et de leur vulgarisation dans la société. L’islam prône la méthode douce pour opérer des changements sociaux.» Au terme de la rencontre, le maire Kalidou Mbaye a pris les engagements suivants : «Les élus locaux se sont engagés à tenir des séances de sensibilisation dans les villages de la commune pour encourager l’enregistrement à l’Etat-civil, pour décourager les grossesses et mariages précoces. Nous sommes prêts à appuyer les enseignants pour organiser des cours de renforcement à l’intention des élèves et pour l’introduction des valeurs culturelles positives dans les enseignements.» L’imam Abdoulaye Baldé a également promis d’ «organiser des causeries et des prêches avec les communautés sur des sujets tels l’excision, les mariages précoces, l’éducation».
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here