PARTAGER
©Miguel Gutiérrez/EPA/MAXPPP - epa07312961 Juan Guaido, President of the Venezuelan Parliament, speaks to press as he announces that he assumes executive powers, in Caracas, Venezuela, 23 January 2019. Guaido declared himself interim president of Venezuela - a move that was quickly recognised by US President Trump - in fight against President Maduro whose presidency Guaido considers 'illegitimate'. The USA and South American countries have been pressing for Maduro's ouster more strongly in the past weeks, aimed to end his presidency after years of crisis. EPA-EFE/Miguel Gutiérrez

Le président du Parlement vénézuélien, Juan Guaido, principal opposant à Nicolas Maduro, s’est proclamé mercredi chef de l’Etat par intérim et a été immédiatement reconnu par Donald Trump alors que plusieurs centaines de milliers de personnes manifestaient à Caracas. Le Venezuela a rompu ses relations diplomatiques avec les Etats-Unis.

Opposants et partisans du Président Nicolas Maduro sont descendus en masse dans les rues ce mercredi dans tout le pays, dans un climat de haute tension. Au moins quatre personnes sont mortes dans des troubles précédant les manifestations. Les opposants, dont nombreux s’étaient vêtus de blanc, se sont réunis dans plusieurs quartiers de la capitale et d’autres régions du pays pour exiger un «gouvernement de transition» et de nouvelles élections. De leur côté, les partisans du gouvernement, habillés de rouge pour la plupart, se sont retrouvés dans d’autres points de la capitale pour apporter leur soutien au chef de l’Etat et rejeter les revendications de l’opposition qu‘ils considèrent comme une tentative de coup d’Etat orchestrée par Washington. En cette date historique qui commémore les 61 ans de la chute de la dictature de Marcos Perez Jimenez, le 23 janvier 1958, les opposants et partisans du Président socialiste souhaitaient compter leurs forces. Des heurts ont éclaté entre Forces de l’ordre et partisans de l’opposition quand des dizaines d’opposants ont bloqué une artère principale dans le quartier d’Altamira, dans une banlieue cossue de Caracas. Des membres de la Garde nationale ont alors tenté de les déloger en faisant usage notamment de gaz lacrymogènes.

Juan Guaido prêt à remplacer Nicolas Maduro
Juan Guaido, nouveau président du Parlement, où l’opposition est majoritaire, espère être en mesure d’unifier les opposants à l’héritier de Hugo Chavez et se dit prêt à le remplacer à titre provisoire, avec le soutien de l’Armée, le temps d’organiser des élections libres. «Aujourd’­hui, 23 janvier 2019, en tant que président de l’Assemblée nationale, invoquant les articles de la Constitution bolivarienne de la République du Venezuela, toute notre action étant basée sur notre Constitution, devant Dieu tout-puissant, le Venezuela, et avec tout le respect de mes collègues et membres de la Table de l’unité, je jure d’assumer formellement les compétences du pouvoir exécutif national , en tant que Président en charge du Venezuela pour parvenir à l’arrêt de l’usurpation du pouvoir, un gouvernement de transition, et des élections libres», a-t-il lancé depuis une tribune.

Trump et l’Oea reconnaissent Guaido «Président par
intérim»
Dans une motion, le Parlement vénézuélien estime que Maduro, réélu l’été dernier au terme d’un scrutin boycotté par les principales forces de l’opposition, est un «usurpateur». La Cour suprême, favorable au régime, a jugé mardi que le Parlement ne devait pas reconnaître Guaido comme son Président et demandé aux services du procureur de l’Etat d’ouvrir une enquête sur l’opposant.
Peu de temps après la déclaration de Juan Guaido, Donald Trump a annoncé ce mercredi dans un communiqué qu’il reconnaissait le jeune opposant de 35 ans comme Président du Venezuela par intérim et a invité les autres pays occidentaux à en faire autant. Le Président américain a aussi prévenu que les Etats-Unis mettront à profit «le poids de leur puissance économique et diplomatique afin d’encourager le rétablissement de la démocratie vénézuélienne». Jugeant que l’Assemblée nationale était «la seule branche légitime du gouvernement», Donald Trump rappelle que cette dernière a déclaré le Président Nicolas Maduro «illégitime». «Le Peuple du Venezuela a courageusement parlé contre Maduro et son régime et exigé la liberté et l’Etat de droit», ajoute-t-il
Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here