PARTAGER

Abdoul Mbaye n’a pas vendu des places sur la liste Joyyanti mais a plutôt fait un «geste de solidarité». L’ancien banquier et tête de liste de la coalition Joyyanti a même prêté de l’argent pour ses camarades qui n’ont pas la capacité de participer. Car, soutient-il, Joyyanti «aura au moins un député et qu’il serait remboursé».
En plus de proposer une nouvelle offre politique, Abdoul Mbaye aurait réglé le problème des investitures «en faisant soumettre à contribution financière avec un tarif associé à chaque place investie sur la liste nationale de la coalition Joyyanti». Cette pratique, quoi que décriée par certains membres de son parti, est perçu par l’ancien banquier comme un «prêt». Lui-même ayant «déboursé 2,5 millions Cfa pour donner l’exemple», Abdoul Mbaye a confirmé, hier sur les ondes de la Rfm, l’existence d’un versement fait par des investis. Il explique : «C’est un geste de solidarité pour l’ensemble des candidats figurant sur les listes des investis par la coalition. Je ne cache pas que certains ont dit avoir quelques difficultés à apporter leur contribution. A ce moment-là, je me suis offert pour faire un prêt, sachant que nous aurons au moins un député et que je serai remboursé.»
Il faut rappeler que ce sont des membres de la Coordination des responsables départementaux de l’Act, qui ont accusé leur leader et tête de liste nationale de la coalition Joyyanti, l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye, de «vendre les places». Les «frustrés» Dembo Sakho, Mouhamed Gueye et Cie informaient en effet que «les articles 25 et 26 des textes fondateurs de l’Act, qui stipulent que pour être investi, il faut au moins faire 6 mois, n’ont pas été respectés». Et par conséquent, «Abdoul Mbaye a mis sur la table 2,5 millions de francs Cfa pour donner l’exemple, tandis que Marie Elisabeth Massaly, chargée de l’Ecole à l’Act, deuxième sur la liste, a payé 2,2 millions. Mbaye Fall Lèye, membre allié, troisième sur la même liste, s’est acquitté de 2 millions etc.».
En somme, les 10 premiers sur la liste ont déboursé entre 200 mille et 2,5 millions Cfa. Et pour ces raisons, d’après Mouhamed Guèye, «les listes nationale et départementales ont été confectionnées en catimini sans que le Bureau politique, l’instance décisionnelle, ne soit associé». Ce qui fera dire à Dembo Sakho que «Abdoul Mbaye a trahi les Sénégalais qui croyaient à son projet». Fort de ce constat, ils «Act» la rupture avec Abdoul Mbaye et entendent battre campagne contre la liste Joyyanti.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here