PARTAGER

C’est dans l’immense salle de la Galerie nationale d’art contemporain que s’est tenu le vernissage de l’exposition en hommage à Alpha Sow, artiste céramiste, qui a rendu l’âme le 16 avril  2016. Des vases conçues à base de la céramique, des objets sculptés, têtes d’humains et corps humains occupaient tout l’espace. De par ces œuvres bien faites qui attiraient l’attention de l’assistance, l’on sent que l’auteur avait une maîtrise de ce qu’il faisait. Même mort, sa présence a été sentie mardi dernier à travers ses réalisations. «L’idée de faire cette exposition m’est venue lors de la dernière Biennale au cours de laquelle le président de la République, lors de son message, a cité tous les artistes. Aussi, cette année 2017 qui a été déclarée année de la culture nous a poussés comme il appartient aux artistes culturels de mettre un contenu», explique Idrissa Diallo, commissaire de l’exposition. «Alpha Sow pour ne pas le présenter, c’est le maître de la céramique. Il a beaucoup œuvré, il a su apporter sa touche pour donner une touche plutôt artistique par le travail qu’il a eu à présenter. Il a été invité dans pas mal d’expositions ici au Sénégal ou ailleurs. Il a fait des stages également ici et ailleurs pour aujourd’hui nous proposer tout ce travail qui est remarquable», soutient M. Diallo. Qui informe que quand Alpha Sow était malade, il  y a eu pas mal d’œuvres, les plus intéressantes d’ailleurs, qui ont été vendues. «Pour nous, ce n’était pas évident d’avoir ses ouvres de qualité pour pouvoir les présenter. Donc, on a eu à voir dans son atelier ce qui lui restait, même si nous avons eu à prendre quelques œuvres qui sont des collections privées.»
Sea Diallo, artiste et ami du regretté, a pour sa part fait un témoignage émouvant qu’il n’a pas pu continuer, car très affecté. «Pendant tout le temps qu’il était malade, à chaque fois que quelqu’un voulait lui donner quelque chose, il demandait que cela passe par moi. Donc, j’étais fréquemment en contact avec lui», déclare M. Diallo. Au-delà de ça, ajoute-t-il, «ce qui me touche profondément, c’est la confiance qu’il a eue en moi. Je peux dire que ce que le Sénégal a perdu, il ne le saura pas maintenant, on va traverser plus de 50 ans pour le connaître. Parce que le Sénégal n’a pas eu quelqu’un pour la relève. Ce n’est pas à sa mort que je dis que Alpha est un maître».
A en croire toujours Sea Diallo, Alpha était  un homme digne. Et durant toute sa maladie, il venait faire son travail. Il est grand de par son talent et sa générosité, un homme très modeste.
Abdoulaye Coundoul, directeur des Arts, embouchant la même trompette que ses amis, avancera : «Ce que je sais, c’est qu’il a été le gardien de cette vieille tradition (art céramique), car la possibilité pour une céramique d’art demande constamment un esprit créatif et d’imagination. Alpha utilise la céramique comme expression artistique à travers sa touche particulière et grâce à une maîtrise parfaite de différentes techniques en céramique». «Je l’ai toujours connu à l’école et ce qu’on a toujours retenu de lui, c’est un homme effacé, un homme généreux. Je ne l’ai jamais vu à l’école en tenue de ville, il était toujours avec sa tenue de travail», témoigne-t-il.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here