PARTAGER

La dame Aminata Wade réclame au maire de Dakar Plateau, la somme de 500 millions F Cfa. Elle lui reproche de complicité d’abus de pouvoir, violation de domicile, destruction de  biens appartenant à autrui. La décision sera rendue le 8 juin.

Le maire de Dakar Plateau, Alioune Ndoye, a comparu hier devant le Tribunal correctionnel.  Il répondait des chefs de complicité d’abus de pouvoir, violation de domicile, destruction de  biens appartenant à autrui. Quant à son coprévenu, l’agent municipal Adama Diop, il comparaissait pour les délits destruction de biens appartenant à autrui, abus de pouvoir, violation de domicile et voie de fait. Ils sont reprochés de ces chefs par la dame Aminata Wade.
La partie civile avait signé une convention avec  Béthio Ndiaye, l’ancien directeur de l’école Berthe Maubert, pour la location des locaux qui contenaient des tables cassées. Elle voulait y installer un fonds de commerce. Dans les termes du contrat, il est établi qu’elle doit réfectionner les locaux et les toilettes. Ainsi, après avoir dépensé la somme de 15 millions de francs pour ces travaux, elle y a implanté  un restaurant et une agence de voyage. Mais après quelques années d’exploitation, plus précisément en 2014, elle a reçu l’instruction du maire de Plateau l’enjoignant de déguerpir. Sous prétexte que l’école élémentaire Berthe Maubert est transférée à la gestion de sa commune. Ainsi tâche a été assénée à Adama Diop de faire partir la dame.
Selon Aminata Wade, l’agent municipal est venu une première fois la sommer de partir. Et comme elle n’avait pas obtempéré, il a cassé sa table de menu. Après une semaine de revendication, elle s’est fait un autre tableau. Mais, c’était sans compter avec Adama Diop, dit-elle, qui est revenu cette fois avec des volontaires de la municipalité et un huissier pour casser le tableau et les faire sortir de force du restaurant au moment où même des clients se restauraient. Devant la barre, Adama a nié complètement les faits. «Je n’ai touché ni aux matériels ni à ses bagages. J’étais là-bas avec un huissier que j’avais conduit à bord de mon véhicule parce qu’il ne connaissait pas les lieux», s’est-il défendu. Des dénégations qu’a balayées la partie civile. «C’est lui en personne qui est venu une première fois prendre mon tableau de menu et la deuxième fois il est revenu avec une dizaine de volontaires et un huissier et a  cassé le tableau de menu», accuse-t-elle. Le maire de Plateau a quant lui à reconnu avoir demandé à Adama Diop de faire partir Aminata Wade de l’établissement. Cependant, il a tenu à préciser qu’on lui a dans un premier temps servi une sommation le 4 février 2014. Et le 14  février 2014, elle a reçu une autre sommation pour venir chercher ses bagages. Mais, elle a refusé de s’exécuter, a dit le maire, selon qui, l’école Berthe Maubert est classée patrimoine mondial. Ce qui ne permet à aucun tiers d’occuper les lieux où de faire des modifications. Alioune Ndoye s’empresse de préciser que sa mairie n’a reçu aucune réponse en ce sens encore moins une demande de permis de construire.
A l’en croire, la dame avait prétexté être la propriétaire des lieux alors qu’elle n’est qu’une simple locataire. Les avocats de la partie civile, qui estiment que les faits en l’espèce reprochés aux prévenus sont établis à leur encontre, ont réclamé en guise de dommages et intérêts, la somme de 500 millions de francs. Le Parquet s’en est rapporté à la décision du Tribunal. Mais, la dépense a plaidé la relaxe pure et simple. Selon Me Ndoye et ses confrères, leurs clients ont agi es-qualité. Ils ont, en outre, précisé que le contrat signé entre la dame et l’ancien directeur de l’école décédé aujourd’hui n’est pas valable en ce sens qu’il n’avait pas les prérogatives. La décision sera rendue le 8 juin prochain.
 justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here