PARTAGER

La violence atteint des proportions inquiétantes sur la scène politique. Dans ce désordre inhabituel, l’Alliance pour la République (Apr), mon parti, est touchée par ce fléau par les temps qui courent. Si l’on ne siffle pas la fin de cette longue et pesante récréation, notre formation politique risque gros. Les batailles rangées et la violence verbale qui s’invitent dans la vie de notre formation politique semblent ne pas trop nous inquiéter. Or avant-hier au siège du parti, hier à Fimela et Ziguinchor, le désordre a été total ; des actes inadmissibles et condamnables.
Au moment où le Président Macky Sall se démène pour redresser le pays pour le bien de tous, les ambitions personnelles de certaines personnalités politiques sont mises en avant maladroitement. Et notre Apr de sombrer dans des excès de violence et de cruauté avec, des fois, une forte dose d’effusion de sang. Ce qui est désolant, c’est que nous ne savons plus exercer notre combattivité et notre capacité à lancer des invectives que contre nos propres frères de parti. Encore une fois, nous devons nous rendre enfin compte que l’adversaire est ailleurs, pas dans nos rangs.
Entre frères et sœurs, on devrait plutôt rivaliser d’ardeur pour convaincre les populations, rendre plus fort le parti en étant unis et soutenir le Président qui le mérite amplement. On dirait une cour de récréation bruyante et violente. L’avidité est en train de ruiner la bonne foi, la probité, toutes les vertus pour les remplacer par l’orgueil et la cruauté. La passion, la soif d’assouvir des besoins personnels et l’égoïsme ne feront que faire plier et rompre l’édifice Apr qui, pourtant, en l’espace de quelques années, a réussi à devenir un parti respecté et adulé.
Face à cette dégradation des rapports entre certains de nos responsables, je lance un appel à un sursaut militant par respect pour le Président Macky Sall, par reconnaissance pour les efforts qu’il déploie chaque jour pour nous, pour le collectif, et par décence au regard des rapports respectueux de la légalité qui ont toujours existé dans l’univers politique sénégalais malgré l’adversité. J’en appelle encore à notre Président et aux autorités de notre parti : l’heure de prendre les mesures pour rétablir l’ordre a sonné. La banalisation de la violence politique n’apportera rien de bon.
Mamadou Moustapha FALL
Apr Pire Goureye – Un militant préoccupé par la réussite du Président Macky Sall
Coordonnateur de la Cric.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here