PARTAGER

La dame Adji Soda Kandji et sa fille Coumba Sène ont écopé de 3 mois de prison ferme. Les condamnées avaient comparu pour «coups et blessures volontaires, violences et voie de fait» à l’encontre de la grande soeur de leur domestique.

Règlement de comptes ou jalousie ? En tout cas, le traitement que la dame Adja Soda Kandji et sa fille Coumba Sène ont réservé à la  dame Khady Sène en avait l’air. Ces dernières ont été condamnées hier à 3 ans de prison ferme et à payer la somme d’un million de francs de dommages et intérêts à leur victime.
Soda Kandji et sa fille Coumba Sène s’étaient, en effet, fait justice en battant la victime à l’aide d’un câble électrique, après l’avoir conviée chez elles, sous prétexte qu’elle a insulté madame Kandji. Sortie de ce guet-apens avec une incapacité temporaire de travail de 15 jours, Khady Sène a porté plainte contre ses bourreaux pour «coups et blessures volontaires, violences et voie de fait». Le Parquet a requis 2 ans de prison ferme contre la mère et sa fille.
Les faits se sont, en fait, déroulés à Sicap Mbao. C’est l’histoire entre la grande sœur d’une domestique et la patronne de cette dernière. Après des échanges téléphoniques, Madame Adjia Soda Kandji et sa fille, Coumba Sène, ont invité Khady chez elles à la Sicap Mbao. Une fois sur les lieux, les prévenues l’ont entraînée jusque dans leur appartement. Elles l’ont frappée et lui ont asséné des coups avec un câble électrique sous prétexte qu’elle aurait proféré à leur encontre des injures et des insanités au téléphone.
Pourtant, quand elle a été interpellée par la fille de Adja Soda Kandji, elle a fait savoir à cette dernière que ses propos ont été déformés.
Mais Coumba Sène ne voulait pas l’entendre de cette oreille. D’après elle, Khady Sène a traité sa mère de menteuse. Et pour laver cet affront, avec sa génitrice, elles ont mûri leur plan pour attirer Khady dans leur maison afin de la corriger.
Selon les révélations de l’enquête, ce différend est né au moment du départ de la demi-sœur de la victime de cette maison pour le village.  Adja Soda Kandji et sa fille ne pouvaient pas supporter une telle séparation. Ainsi, elles lui en voulaient. Cette fille, qui est toujours très coquette dans son accoutrement  tous les soirs, suscitait une jalousie de leur part. D’après le procès-verbal d’enquête, Khady Sène présentait un visage tuméfié au niveau des yeux, des hématomes au dos et aux bras. Des traces de gifles étaient aussi  visibles sur ses  joues.
Interpellée, elle dit qu’elle n’a proféré aucun mot déplacé à l’encontre de la dame Kandji. Mais, Soda Khandji et sa fille l’ont frappée avec un câble électrique à tour de rôle. Elle a déclaré que la dame Kandji a pris de force son téléphone portable et la somme de 160 000 francs qui se trouve être la tontine de la nouvelle domestique qu’elle a amenée.
Interpellée à son tour, Soda Kandji a confirmé avoir battu la prévenue. Elle prétend qu’elle l’a insultée au téléphone. Elle reproche aussi à la victime d’avoir fait une violation de son domicile.
Coumba Sène reconnaît aussi avoir frappé Khady Sène. A l’en croire, la partie civile a  traité sa mère d’hypocrite au téléphone. C’est pourquoi d’ailleurs elle l’a fait venir chez elles pour des explications, mais une fois  sur les lieux, la jeune fille a traité encore sa maman de menteuse. Et quand elle a voulu l’agresser, c’est Adja Soda qui est intervenue et l’a frappée avec un câble électrique.
Des déclarations qui ont été réitérées à la barre, mais contestées par la plaignante. En guise de réparation du préjudice qui lui a été causé, l’avocat de la partie civile a réclamé la somme de 3 millions de francs Cfa.
La défense a plaidé une application bienveillante de la loi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here